Accueil ... Nos voyages ... L'Amérique du sud en camping car  .... Le cargo

 

 

 

Le Grande Amburgo de chez Grimaldi       

     

Nous avons réservé la traversée en RoRo chez Catalina Cargo Conseil en juillet 2010 et nous avons reçu la confirmation le 3 novembre 2010 de la traversée sur la Grande Buenos Aires.Le bateau prévu ayant pris beaucoup de  retard (passé du 15 septembre 2011 au 24 octobre 2011) et ayant peur de rater les baleines à Valdès nous avons changé et nous nous sommes inscrits sur le Grande Amburgo de fin août qui a été lui aussi retardé et nous ne sommes partis que le 8 septembre 2011.

 

Le Grande Amburgo est un ConRo *.

     

Suivre la navigation du Grande Amburgo

     

*ConRo Navire hybride entre un RORO ( Roulier = Roll on / Roll off ) et  un navire porte-conteneurs

 

 

8 septembre 2011 Le Havre      Ө bonne

         

Vers 14H00 nous nous sommes dirigés vers le port roulier au quai 1704; le balisage est bien fait, nous retrouvons un camping-car et faisons connaissance. Un gars de l'équipage vient nous prévenir que nous chargerons les véhicules vers 21H30 et nous invite à prendre nos cabines, ce que nous faisons.

 

La première impression c'est le manque de propreté. Le bateau travaille à saturation même la salle de gym est pleine de cartons.

 

Le bateau est chargé près de la porte de gros matériel TP et ils chargent des véhicules neufs Renault, Citroën et Peugeot, Nous sommes appelés vers 17H pour rentrer les camping car, puis à 22H pour les sortir de nouveau car le bateau a changé de quai et ils doivent recaler les véhicules de Dakar. J'ai sorti le camper et passé les clefs au chef pour qu'il le rentre, j'ai la grippe et j'ai trop de fièvre ( j'ai bien fait ils sont remontés à 1H00), le départ est annoncé pour demain midi.

 

Ce cargo est absolument similaire pour le secteur passagers au Grande Europa que nous avions pris en Israël. Petit déjeuner à 7H30, déjeuner à 11H00 et diner à 18H00. Nous sommes quatre couples de camping caristes français, un couple d'anglais en moto et un hollandais âgé de 83 ans  qui fait Anvers - Anvers ??? Mauvais tirage pour le repas du premier jour, nous ne sommes pas avec les français mais  nous sommes avec les anglais et le hollandais. Les anglais ont mis cinq jours pour venir de Londres au Havre avec le cargo, ils nous disent qu'ils auraient fait plus vite à pieds.

  

 

Détails sur le navire

  

Type de navire: Cargo
Année de construction: 2003
Longueur x Largeur: 214 m X 32 m
Tonnage du navire: 27492 t
Vitesse enregistrée (Max / moyenne): 17.6 / 15.9 knots (nœuds)
Pavillon: Italy [IT] 

 

Restauration: Bonne jusqu'à présent (10 sept 2011) au bout de 3 semaines on fatigue, nous avons attendu longtemps Santos pour abandonner les pommes et orange pour passer à autre chose.

 

Horaire de restauration:

7H30 - 8H30 petit déjeuner

11H00 déjeuner

18H00 diner

 

Saleté:

Penser à avoir des chaussons pour la chambre car le bateau est couvert de suie et il faut enlever ses chaussures sinon on étale la suie partout dans la chambre.

 

Prendre pyjama et vêtements chauds car  il fait froid dans la cabine, celle -ci est d'ailleurs très difficile a climatiser à cause je suppose du toit terrasse au dessus et quand le soleil tape ça chauffe, le chauffage quand à lui est donné par la machinerie en laissant les portes de coursives ouvertes.

 

Une machine à laver et séchoir sont à la disposition des passagers.

 

 

9 septembre 2011 Le Havre        Ө bonne

            

Beaucoup de manutentions sur le bateau. Après le repas du soir où nous avons en premier plat une surprenante mais bonne  ricotta olives, nous sommes tous sur le pont pour voir le chargement des derniers containers et le départ. Nous apprenons que celui-ci aura lieu à minuit trente.

 

Le blog de Chris & Chloé http://www.ccgadventures.wordpress.com

Le blog de Pierre & Marie-Jo  http://telemaquevoyage.canalblog.com/

 

10 septembre 2011 En mer        Ө bonne

                

Réveillé à 1H30 je découvre que le bateau est dans l'écluse François 1er, je vais donc sur la passerelle pour voir la sortie du port, rien de très exotique, je ne sais pas ce qui se passe sur la cheminée mais elle ressemble à ces feux que l'on place sur les gâteaux d'anniversaires, il y a plein de flammèches allumées qui sortent et retombent sur le pont, est ce un feu de cheminée ??? Pas d'alarme à bord alors tout va bien.

 

Le matin la passerelle est couverte de suie, personne n'est de nettoyage, le commandant (sympa) nous annonce une mer force 8 alors le pont sera lavé "automatiquement".

 

11 septembre 2011 En mer        Ө bonne

              

La nuit a été très agitée mais le bateau est bien stabilisé, nous avons bien dormi, nous avons des remontées d'eau sale par la bonde de sol de la salle de bain, ils viennent essuyer et  nous expliquent que c'est à cause du mouvement du bateau, sans plus, ici c'est cool !

  

Au petit déjeuner le commandant nous invite à un pot de bienvenue à 10H00, caïpirinha délicieuse avec des tas de trucs à manger, différentes pizzas, bouchées, toasts, fromages, olives qui se termine à 11H00 car c'est l'heure du repas!

   

Le bateau est composé de 27 membres d'équipage, 18 indiens et 9 italiens. Le commandant fait des cycles de 4 mois, les officiers indiens 5 ou 6 et l'équipage 8 mois, cela fait 21 ans que le commandant navigue sur cette ligne, nous irons visiter les machines quand la mer sera meilleure.

  

L'ambiance est vraiment sympa, nous formons une équipe de voyageurs agréable et les marins sont sympas, Pierre un passager possède un GPS qui nous permet de nous localiser et de voir notre vitesse (31 Km/h).

 

---------------------------------------------------------------

 

Les jours suivants, ils nous installent une TV LCD, mais elle ne fonctionne pas car l'antenne est HS c'est comme pour les TV des cabines, je cherche une prise USB mais il n'y en a pas, alors le lendemain ils changent le lecteur de DVD pour en placer un avec prise USB, sympa les gars, nous pouvons donc regarder des films stockés sur mon PC.

 

---------------------------------------------------------------

 

16 septembre 2011 Dakar  (Sénégal)       Ө 29°C

                

Avant l'arrivée à Dakar tout est sécurisé, toutes les portes sont bloquées par des sangles à cliquets sauf une surveillée pour que nous puissions voir depuis la passerelle.

 

On nous avait annoncé la montée du pilote à 8H00 et une sortie possible à 10H00. Le cargo à jeté l'ancre vers 8H00 et nous avons attendu presque jusqu'à 16H00 pour rentrer dans le port. Ce fut seulement à 18H00 que nous avons eu les papiers de l'immigration ! Autant dire que l'espoir de visiter un musée ou l'île de Gorée était abandonné. Nous ne devions pas déplacer les véhicules et ils nous ont demandés les clefs à la rampe pour pouvoir les déplacer, nous avions les nôtres avec nous par contre les autres ont du remonter à pieds au douzième pont (l'ascenseur est en panne) et redescendre ... pas contents !!

 

Le Grande Amburgo à quai à Dakar, nous pouvons enfin sortir

 

Nous sommes allés au cyber habituel où les deux autres couples nous ont rejoint. Curieux pour un RoRo de décharger les voitures par une grue.

 

 

   

Des pêcheurs au large de l'île de Gorée

 

 

 

 

 

 

 

 

   

La salle des machines du Grande Amburgo

 

 

 

 

 

 

  

Quelle chaleur maintenant dans le bateau, nous avons appris que la climatisation est réalisée avec l'eau de mer, donc cela change si la mer est à 14 ou 25°C, nous avons tous mis en route les climatisations électriques de nos cabines.

 

Après avoir vu des dauphins, des exocets (poissons volants) et des tortues nous sommes passés au niveau de la Guinée Bissau à la nuit tombante, près d'un groupe de baleines.

 

18 au 24 septembre 2011    En rade       Ө chaud et humide

                   

Le 18 après midi le bateau réduit son allure, en fin d'après midi il jette l'ancre en rade de Freetown ( Sierra Léone )  ce qui n'est pas bon signe, l'équipage nous indique que nous restons 2 jours.

 

Le lendemain matin le commandant nous dit que nous rentrerons au port le 22 soit 4 jours à attendre, comme explication il nous fait comprendre que certains paient pour passer avant leur tour. Il nous invite à un barbecue pour le lendemain soir. Pour le temps ce n'est pas terrible, grisaille et pluie chaude, le soleil réapparait l'après midi. Le temps passe lentement, certains pêchent, certains lisent, certaines tricotent.

 

Le 20 au soir c'est donc barbecue monstrueux avec poulet, viande et saucisses qui se termine par une soirée tardive et arrosée sur le pont supérieur.

 

Nous sommes parmi les baleines mais elles sont difficiles à observer, on ne voit que leur  jet d'eau et quelquefois un dos et quelque chose qui peut être un aileron ou une queue.

 

5 jours 1/2 en rade !

  

Ce n'est pas Guantanamo mais c'est long quand même, heureusement que nous sommes une bonne équipe. Coté navire les marins s'occupent comme ils peuvent, le commandant (super sympa) complètement désœuvré se ballade en slip de bain torse nu et en Tongue, il fait ce circuit depuis 21 ans et il en a vu d'autres, le bateau coûte 20'000€/jour. Notre serveur se plaint car il devait descendre au bout de ses quatre mois et est reparti pour deux de plus, il veut lâcher le métier car il n'est pas bien payé à cause de la main d'œuvre indienne, qu'il assassine du coup car c'est vrai que rien ne marche ( TV, ascenseur, fuite d'eau, clim, etc..)  les indiens ne savent par réparer et les italiens ne vont pas le faire à leur place.

 

24 septembre 2011    Freetown (Sierra Léone)       Ө moins chaud

  

◄ Les portes sont sécurisées dans les ports.

 

 

Nous quittons l'encrage le matin pour rentrer au port ce qui créé de l'animation, les informations que l'on nous fournies sont toujours "africaines" et  une mise en place du bateau annoncée dans l'heure qui suit se termine par la mise à quai à 20H00.

 

Nous n'avons pas le droit de sortir, ici, il faut un visa.

 

Occupation du soir à regarder le déchargement et notamment le jeu des deux Bobcat qui jouent aux auto-tamponneuses en poussant les voitures récalcitrantes (nombreuses) qui ne démarrent pas.

 

◄ Quel coté préférez vous ? ►

 

 

 

   

La rampe du Grande Amburgo à Freetown (Sierra Léone)

 

 

 

 

 

 

 

27 septembre 2011    Passage de l'Equateur       Ө ~24°C beaucoup de vent

   

Nous avons passé l'équateur à 4H00 du matin mais la cérémonie à lieu à 4H00 de l'après midi, c'est la version civile de la bite au cirage mais ici plus soft et au chocolat ! Suivie de:

18H00 Pot

19H30 Barbecue

  

Cérémonie du passage de l'équateur ( de G à D, Cloé & Chris, Marie Jo & Pierre, Alain, hommes d'équipage)

   

 

   

Cérémonie du passage de l'équateur 

 

 

 

 

 

 

Chris notre anglais joue au bookmaker et a organisé une grille où on joue un euro pour marquer une hypothétique date d'arrivée, même les marins jouent, ils ne sont pas plus avancés que nous car personne ne connaît le planning, c'est soumis au fret et à la disponibilité du port, nous ne savons toujours pas si nous faisons Zárate avant Buenos Aires ( 3 ou 4 jours de plus pour nous).

 

1 octobre 2011    Arrivée sur les cotes brésiliennes       Ө ? doux

  

En arrivant sur les cotes brésiliennes nous nous connectons sur les réseaux téléphoniques, nous apprenons que notre ami Dieter nous a quitté hier, il me manque déjà, triste journée.

  

2 octobre 2011    Rio  de Janeiro     Ө 22°C

 

Arrivée la veille nous passons la nuit en rade et c'est une bonne nouvelle car nous devrions avoir la journée pour visiter, le pilote est prévu à 5H00 et arrivée à quai à 7H00, nous y serons à 12H00, le commandant nous organise deux véhicules monospace car nous sommes dix ( véhicules possédant l'agrément pour rentrer dans le port et nous déposer au bateau, 30 US$/pers.

 

Nous abandonnons la visite du Corcovado car il a la tête dans les nuages tout est d'ailleurs très brumeux, après un passage en ville nous allons au pain de sucre ♥♥.

   

Le pain de sucre ( Pão de Açucar )

   

 

   

Rio de Janeiro montée au pain de sucre

 

 

 

 

 

 

 

Finalement nous décidons d'aller au Corcovado ♥♥♥♥♥ et c'est heureux car si il y a quelque chose à ne pas rater c'est lui. On peut monter en voiture mais nos chauffeurs nous ont dit qu'il fallait un 4x4 alors que nous avons vu des voitures classiques au parking du haut. On peut aussi prendre un bus, nous nous avons pris l'option train à crémaillère pour le coté exotique. Solange a faillit se faire arnaquer de 10 réals à la caisse, mais elle est vigilante, lors de la montée outre la vue sur Rio, on a la végétation sur la gauche et les favélas sur les flancs de colline.

 

Le train Corcovado

 

Nous finissons la soirée au restaurant Sindicato do Chopp ♥♥♥ sélectionné grâce au Michelin et au routard, nous sommes en terrasse sur la plage de Copacabana. Très bien, nous avons eu de nombreux "tapas", ils sont honnêtes et l'accueil est chaleureux, ceux qui ne connaissaient pas la feijoada* n'ont pas été trop emballé, ceux qui ont pris le poisson, enchantés. Retour by night au bateau à 21H20 presque dans les temps, 21H00 autorisé par le commandant, ils ont finis le chargement, le bateau part vers 24H00.

   

* Plat national brésilien, les haricots sont mijotés avec des pieds, queues et oreilles de porc salé, de la poitrine et des saucisses fumées, de la viande de bœuf boucanée ....ail et oignons .... servie avec du riz blanc et de la farine de manioc et des quartiers d'orange ...caïpirinha blanche !! (Le Routard)

     

 

   

Rio montée au Corcovado

 

 

 

 

 

 

 

▼3 octobre 2011    Santos (Sao Paulo)      Ө ~22°C

  

Nous passons devant Sao Paulo, et nous sommes arrivé à quai à Santos à 18H00 en passant par un chenal sympa, c'est un port minéralier. Nous ne sortons pas car le départ est prévu à 6H00 du matin, nous sommes partis à 12H00.

    

 

   

Santos, le départ du pilote

 

 

 

 

 

 

    

4 octobre 2011    En mer      Ө ~20°C

  

Le commandant nous offre le dernier pot car avec les grosses escales à venir il n'aura pas de temps. C'est amusant d'entendre le commandant pronostiquer les dates d'arrivée, on dirait des infos de la Pravda, car jusqu'à présent toutes les infos étaient faussent, car la date d'arrivée dépend du fret, de la place disponible à quai, de la marée, de la disponibilité du pilote ................... et le retard ne se rattrape pas. Nous avons appris la veille que nous allons à Zárate avant Buenos Aire soit 3 à 4 jours de navigation en plus.

 

7 octobre 2011    Montevideo (Uruguay)      Pluie et fraicheur

 

Nous sommes arrivés la veille à 20H00, le bateau est stationné en face de la porte du port et le cyber est juste en face donc nous y allons, c'est très cher et il faut des dollars US ou des Pesos Uruguayens, la bande passante est correcte sans plus.

  

Nous apprenons au petit déjeuner que nous amis belges se sont fait agressés hier soir. Juste après la sortie du port une dizaine de gamins de 10 à 15 ans leur ont sauté dessus, ils se sont fait voler des choses dans les poches et sont revenus au bateau.

  

Comme l'annonce le petit futé il ne faut pas attendre grand chose de Montevideo, alors sous la pluie ..... Nous profitons d'un café con lecce pour avoir Internet en WIFI et passer un coup de fil avec Skype et finir de publier le site, ensuite nous allons déjeuner d'une délicieuse entrecôte au typique marché couvert en face du port où l'odeur de la multitude de barbecues nous avait mis en appétit le matin. Nous rentrons sur le bateau complètement saucés.

 

Des pots pour maté originaux

 

8 octobre 2011    En mer     Pluie et fraicheur

   

Ce matin, changement d'heure non annoncé - Tout le monde se retrouve une heure trop tôt pour le petit déjeuner; ça disjoncte parmi les passagers car c'est la goutte d'eau qui  fait déborder le vase car depuis hier il y a  ceux qui ont leur linge coincé dans la machine à laver et le sèche linge car le commandant s'est approprié le local et l'a fermé à clef pourtant marqué Public Bath Room. Le serveur nous dit que le commandant est un peu fou, on le comprend quand on voit comment nous sommes au bout de 4 semaines, lui il fait ce circuit depuis 21 ans. Il y a aussi ceux qui ont des cabines glacées, il y a les fausses informations mais aussi tout ce qui ne fonctionne pas. Et le temps gris pluvieux et froid qui n'arrange rien au moral !

    

Le bateau vibre de partout, sommes nous dans un régime d'hélice pas favorable? comme notre navigation, où nous devons prendre 5 pilotes sur ce trajet Montevidéo - Zárate.

 

 

La remontée du Paraná est sympa, nous nous installons dans des fauteuils pour regarder l'activité sur la rive, avec ses pêcheurs, baraques et barbecues ! Nous arrivons à quai vers 17H30.

 

9 octobre 2011    Zárate (Argentine)  

  

Ce matin au petit déjeuner tout le monde est en attente concernant les papiers de l'émigration pour pouvoir sortir en ville, nous allons à notre cabine et croisons le commandant toujours aussi sympa, sa cabine est à coté de la nôtre, nous lui posons la question sur les papiers .......ils sont au kiosque à la rampe !!!! Le commandant nous annonce que nous quittons Zarate après-demain midi, ce qui nous est encore répété à la rampe de sortie.

 

Nous prévenons tout le monde et partons à pied à Zárate (25 min) pour se dégourdir les jambes, drôle d'impression pour notre première foulée sur le sol argentin, on se croirait au Maroc il y a 15 ans en arrière, trottoirs défoncés, saleté, vieilles maisons et anciennes voitures, même celle de la police n'est pas triste, je ne l'ai pas photographiée car le policier était là.

   

   

Après avoir visité le centre, nous être approvisionnés en pesos chez  HSBC et après avoir visité quelques boutiques (nous sommes dimanche) nous allons à la gare routière prendre des renseignements. Nous n'avons pas trouvé celle du chemin de fer. A la gare routière  nous retrouvons Michelle et Loup nos compagnons de voyage qui attendent le bus pour aller à Tigre, Nous avions prévu d'y aller demain mais comme aujourd'hui c'est dimanche et que tout est fermé nous partons avec eux.

 

Le trajet doit se faire à l'aide de deux compagnies de bus avec changement à Escobar, quel choc l'arrivée dans cette ville, nous sommes dans une saleté africaine papiers et détritus partout. maintenant il faut trouver la correspondance pour Tigre, nous comprenons qu'il faut des pièces pour payer le bus alors nous achetons des cacahouètes mais ils rendent la monnaie en billets de 2 pesos (AR$), alors nous essayons de nous faire expliquer où trouver des pièces.

 

C'est en fait un type qui a un sac de sport posé par terre, rempli de  barres chocolatées (petites)  et un gros sac de pièces et il fournit tout le monde, 10$ ($ = pesos argentin) donne 8 pièces de 1$ et une barre de chocolat, bon job et nous sommes content de l'avoir trouvé.

 

Nous prenons ensuite le bus très sale Escobar - Tigre, 8$ tout juste soit 1.6€ pour quatre, pas cher mais folklorique, le car se remplit vite. Je laisse ma place à a une jeune femme qui sortira son sein naturellement pour donner la tétée à son petit.

 

En se rapprochant de Tigre le bus s'arrête à la demande mais vu le monde c'est en permanence tous les 100 mètres, ouverture des portes avant l'arrêt et démarrage avant la fermeture; En arrivant à Tigre nous trouvons l' Argentine telle que nous l'imaginions. Amusant les clubs de voile qui possèdent une petite voie de chemin de fer pour amener leur embarcations au fleuve.

 

Un des clubs de voile de Tigre

 

Tigre est vraiment jolie, c'est balnéaire, après la ballade au bord du fleuve nous allons déjeuner, le service n'est pas rapide mais ils ont le WIFI c'est toujours ça de gagné, la viande est délicieuse, moins qu'à Montevideo d'après mes compagnons, nous goutons à la purée papas - battatas et rustic qui est curieusement parfumée à la rose ???

 

Ballade à Tigre avec Loup & Michelle

 

Je convainc tout le monde de rester ici, de passer la nuit à l'hôtel puisque nous avons le temps, mais tout les hôtels sont pleins, alors nous allons visiter le marché conseillé par l'office de tourisme de la gare. Rien de très exotique au marché si ce n'est une activité intense. Pour Solange et Loup aussi qui se démènent pour trouver des pièces de monnaie pour le bus. C'est apparemment une denrée très rare.

 

Tigre

 

Nous reprenons le bus pour Escobar, le chauffeur est super excité, il démarre alors que Michelle a un pied dehors et un dedans, heureusement Loup demande si c'est bien le bus d'Escobar, pas de pot c'est de l'autre coté. Nous descendons à la prochaine station sans avoir payé, heureusement car ce n'est pas pour le coût mais pour les fameuses pièces. Après une très très longue attente nous prenons le bon bus où Solange créée la queue et la panique car nous sommes partis du marché et non pas du terminal et c'est donc plus cher, 11$. Le chauffeur a bien annoncé le prix mais entre ocho et once avec l'accent elle a des excuses. Il faut savoir qu'on paye à un automate dans l'allée du bus et que personne ne peut passer tant que le précédent n'a pas payé. La queue s'allonge sur le trottoir. Si la somme n'est pas juste, l'appareil rend les pièces déjà avalées avec un bruit de casino et la foule de râler wouoh....... .Une jeune fille vient à son secours et lui propose des pièces, plus une après car le compte n'est pas bon; cette jeune fille veut offrir la monnaie mais nous lui donnons un billet, finalement ce sera 11$20 !!!!!

  

Le bus Escobar - Tigre avant le remplissage à fond

 

Entre temps Solange s'est fait piquer sa place car je n'ai pas été assez vigilant et je l'ai perdue dans la foule jusqu'au changement de bus. Changement non prévu, mais notre chauffeur assez excité lui aussi est tombé en panne de carburant après avoir eu avant un petit accrochage - mais ça c'est un détail. Coup de chance un autre bus passe à vide !!!! c'est la course au siège mais ça va.

 

Arrivée à Zárate où le taxi est ce soir à 23H30 la moitié du prix de ce qu'à payé Loup ce matin ( 20$ au lieu de 40$),  va comprendre .....finalement nous renonçons à retourner à Tigre demain car les trois heures de trajet aller sont éprouvantes. Arrivés au bateau nous apprenons qu'il part demain matin, heureusement que nous ne sommes pas restés à Tigre !!!!!! et il parait que nous resterons un jour en rade devant Buenos Aires !!!

 

10 octobre 2011    Zárate  (Argentine)  

  

Le bateau part bien le matin et bonne surprise nous arrivons à quai à Buenos Aires à 23H15.

 

11 octobre 2011  Km 000  Buenos Aires  (Argentine)  

 

Après le petit déjeuner, nous faisons une petite remise d'enveloppe à notre serveur Vicenzo et une autre à notre cuisinier taciturne. Photo de famille avant départ.

 

 

Remise d'enveloppe à notre serveur Vicenzo et une autre à notre cuisinier taciturne

 

Nous chargeons nos véhicules puis nous attendons comme d'habitude le personnel de l'émigration, prévu à 9h00. Ils arriveront à 11h00  puis ils nous font sortir les véhicules et attendre à la douane. Les douaniers sont arrivés certainement après leur repas et la sieste vers 15h30, ils sont sympa et rapides, nous quittons vers 16H00 le port avec du retard car j'ai encore un problème de batterie. Merci aux copains!

 

Nous allons stationner pour les courses et le bivouac à Porto Madero S34°37.027' W058°21.435'. Nous nous retrouvons  les quatre camping car du bateau sur le même parking. C'est la fin de nos 32 jours d'incarcération.

  Précédent

Argentine 1  ►

 

 

 

 

 

 

        

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Plan du site

       
Accueil Qui sommes nous ?    
       
  Nos voyages Classement par voyage  
    Classement par pays  
       
  Nous contacter Formulaire contact  
       
  Les liens Chroniques des voyageurs  
       
  Véhicules La Strada Sprinter 4x4  
       
    Ancien véhicule SCAM - IVECO
       
    Véhicules pour voyager  
       
    Buggy  
       
    Accessoires  
       
  Recherche Rechercher sur le site  
       
  Conseils    
       
  Légal No Copyright  
       
  Plan du site C'est cette page  
       
       
       
       

    

 

Retour haut de page