Accueil ... Nos voyages ... Afrique de l'ouest 2010

 

 

Les parcours

   

 

 

 

 

Les vidéos

   

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

Le  Petit Futé, le Gandini ,le Routard et Lonely Planet.

http://www.exploracy.fr & http://papyetmamyenvoyage.kazeo.com/

 

CARTOGRAPHIE

Cartes IGN, Touratech Afrique de l'ouest.

 

INFO IMPORTANTE

Le visa pour la Mauritanie se prend à Rabat.

 

       

 

 

Départ vers  Barcelone Album Photos Barcelone


 

Km 0000 ▼ 20 janvier 2010 Ө-2°C 5°C

Départ de 20 janvier par l'autoroute, flocons de neige sur l'autoroute entre Grenoble et Valence mais ils ne tiennent pas sur la chaussée, la Provence ressemble à l'Islande alors nous continuons l'autoroute jusqu'à Aigues mortes à notre bivouac habituel près de la muraille. Départ folklorique le lendemain Ө nuit  5.5°C, l'automate est en panne, il ne prend pas la carte de crédit et le change ne donne pas la monnaie, nous appelons par l'interphone, c'est long, nous rappelons il nous dit d'aller à la barrière et de rappeler depuis là bas, mais cela ne marche toujours pas alors nous levons la barrière à la main, sans effort, nous avons économisé 9€40.

 

21 janvier 2010 MAZAMET Ө jour 16.5°C

journée chez Lydie et Bruno à Mazamet, ils nous font visiter les environs, promenade dans le village d'Hautpoul. Mais il y a trop de neige pour monter sur les hauteurs. Le Pic de Nore sera pour une autre fois. Nous bivouaquons sur le parking Champ de la Ville car nous n'osons abandonner le camping car pour la nuit.

 

22 janvier 2010 VERS BARCELONE Ө jour 16.5°C

Belle journée et belle route depuis Mazamet via St Pons puis direction Narbonne.

Arrivée à Barcelone pour prendre le ferry, le parking de port forum est complet  (ils font des travaux) et ils nous envoient au parking de Pueblo Español où l'on accède par la ronda littoral et en sortant  à Plazza Español. Le parking est plus agréable que celui de forum, il est entouré d'arbre à coté du MNAC (Musée National d'Art de Catalogne) et bien entendu du Pueblo Español, par contre il n'y a pas d'électricité, dur dur de vider la cassette, il a fallut lui expliquer que notre cassette n'était pas chimique, il y a de l'eau clair, l'eau grise on la vide dans un coin près du WC. Cher 25€/jour.

 

Point GPS du parking de Pueblo Español N41°22.046 E002°08.791'

Point GPS du parking de port forum N41°24.811' E002°13.335'

 

23 janvier 2010 BARCELONE  Ө nuit 10°C jour 14°C

Nous sommes réveillés par le bruit des sabots des chevaux et les roues de carrioles ?

Ballade dans Barcelone à pied depuis notre parking, l'accès est facile, sur la Rambla nous assistons à un défilé de chevaux et carrioles, sympa avec lancée de bonbons. Petit city tour en sun deck, ça caille, cher et pas terrible.

 

 

Barcelone

   

 

 

 

24 janvier 2010 Ө nuit 10°.5C

Nous descendons facilement vers le port pour prendre le ferry, il suffit de descendre à la place Español de prendre l'avenue Parallel et on arrive au port en suivant les panneaux Genova.

 

Le ferry part à 14H00, première cohue à la cafétéria, menu identique pour tout le monde, bon et copieux inclus dans le prix du billet, mais la queue est pénible, queue pénible aussi pour les formalités police et passavant du véhicule, celui des douanes est charmant, celui de la police a faillit disjoncter plusieurs fois.

 

Ambiance pénible sur le bateau car il y a beaucoup de monde, nous n'aurions peut être pas du prendre le ferry du dimanche? Le grand salon avant est fermé, un petit salon est saturé par des gars affalés, le bar arrière près de la piscine est aussi saturé et zone "fumeur", sans parler des gars qui dorment dans les escaliers et les paliers d'étages, finalement nous restons dans notre chambre.

 

Arrivée prévue à 14H00, nous sommes arrivés à 17H15. Sortie sans problème, même l'enregistrement des nouveaux passeports est rapide.

 

                    

 

 

 

 

 

 

 

Fort Bou Jerif

 

  

 

 

 

 

 

MAROC      Album photos Maroc      Fiche Maroc


Monnaie  Dirham 1€ = 11 DH

Gazole 50 =  7.34 DH (~ 0.734€)

 

25 janvier 2010 Briesch  Ө nuit 10°C  Ө jour 14°C couvert et pluvieux

Bivouac au village touristique de Briesch (Gandini).

 

Km 1078 ▼ 26 janvier 2010 Rabat Ө nuit 10°C  Ө jour 14°C soleil

Jolie route jusqu'à Rabat sous le soleil et plein de charrettes sur les chemins latéraux. Arrivée à Rabat nous nous installons pour bivouaquer près de l'ambassade de Mauritanie pour faire les visas demain.

 

Rabat, le palais royal

 

A la suite des problèmes d'enlèvements (3 Espagnols et un Italien) on ne peux plus avoir de visa à la frontière.

 

Point GPS de l'ambassade de Mauritanie à Rabat N33°58.843' W006°49.844'

 

L'ouverture est à 9H00 mais nous faisons la queue dès 8H30, distribution de formulaires à remplir, pas trop de monde, pas de cohue, nous avons récupéré les passeports à 15H00.

  

 

Km 1506 ▼ 27 janvier 2010 Azemmour  Ө nuit 10°C  Ө jour 16.4°C couvert et pluvieux

 

Point GPS du bivouac à Azemmour N33°18.220' W008°21.433'

 

Km 1927 ▼ 28 janvier 2010 Ө nuit 8.5°C  Ө jour 19.4°C couvert et pluvieux

Nous sommes chez Riri Fifi Loulou enfin le camping Atlantica avant Agadir pour avoir Internet, notre système de navigation Touratech nous a lâché et je n'arrive pas à réinstaller les codes alors j'attends des infos de la hot line de Nauticom.

 

Le camping est boueux et les routes d'accès inondées. Comme d'habitude très bonne prestation de Nauticom et merci à Dieter mon ange gardien ( ne craint rien Dieter je ne suis pas devenu gay). Touratech est réinstallé mais pas très stable, Touratech ou Panasonic ?

 

  Mais jusqu'où ira le voile ?

 

Km 2184 ▼ 29 janvier 2010 Guelmin Ө nuit 9°C  Ө jour 20°C 

Nous arrivons sans facilité au camping de l'oasis près de Guelmin, merci au point GPS du Gandini, nous voyons au loin le camping désert avec cinq camping car, mais il faut traverser un terrain avec plein de traces de roues et une Mercédès taxi embourbée. Nous passons sans problème et un comité d'accueil nous attend, ils sont tous sortis des camping car pour nous voir traverser car ils sont bloqués, des 4x4 sont partis la veille et se sont plantés, d'où les traces. Un tracteur les a sortis, les femmes ne voulaient pas rester vu l'état des toilettes, rustique le camping 50Dh avec l'électricité heureusement avec le froid qu'il fait cela permet d'utiliser le chauffage électrique, mais nous avons de la boue jusqu'aux oreilles. Jolie promenade dans l'oasis de Tighmert.

 

Km 2404 ▼ 30 janvier 2010 Tan Tan plage Ө nuit  10°C  Ө jour  20°C

Bivouac après Tan Tan plage sur une lagune avec vue sur la mer et les dunes. Magnifiques arabesques des flamands roses.

 

Point GPS du bivouac N28°17.428' W011°32.034'

 

31 janvier 2010 Ө nuit   11°C  Boujdour Ө jour  25.5°C

Bivouac au camping Sahara Line à Boujdour, après un passage chez Samir à Laayoun pour faire les courses. Il a fait chaud cet après midi (enfin) nous avons utilisé la clim. Toujours aussi bon leur couscous.

 

 

Km 3592 ▼  2 - 4  février 2010 Dahla Ө nuit   19 - 18 - 17°C   Ө jour  25°C

Le PK25 est inaccessible, que de monde collés cote à cote.

 

Nous bivouaquons sur la côte le long de la falaise, super. Le 4 lors d'une ballade en moto je perd mon appareil photo, j'espère au moins que j'aurai fait un heureux.

 

  5  février 2010 Guerguerat Ө nuit   17.5°C   vent violent

Arrivons vers 12 heures à la douane de Guerguerat, passage de la douane en 45mn. Tous, policiers, gendarmes et douaniers demandent des cadeaux! Nous ne rentrons pas dans leur jeu et ne donnons rien. Par contre, nous n'avons rien payé pour sortir.

 

 

 

 

Des pélicans dans le parc Diawling

  

MAURITANIE      Album photos de la Mauritanie    Fiche Mauritanie


 

Monnaie  Ouguiya  1€ = 358UM 

Gazole   235.7UM (0.658€)

             

Situation géopolitique, 3 Espagnols puis ensuite un Italien ont été enlevés sur la RN3 à 170km de  Nouakchott en décembre, route que nous allons prendre.

 

Passage de la douane en 1H30, nous sommes arrivés à la pause repas.

Le no man's land toujours aussi difficile à franchir, toujours parsemé de carcasses de véhicules. Nous avons à nouveau suivi les données du Gandini, qui s'avèrent précieuses pour ne pas s'ensabler. Toujours les panneaux prévenant des risques de sauter sur les mines, si on quitte la piste, encore faut il savoir où passe cette fameuse piste !

 

Pas de demande de cadeaux, rien à payer à la gendarmerie, rien à payer à la police, et 10€ à payer à la douane pour le passavant du véhicule. Pas de fouille.

 

Discussion à la douane pour passer le temps:

 - Avec un anglais qui se rendait en Land Rover jusqu'en Afrique du Sud, en passant par le Nigéria et le Cameroun. Pour lui, pas de problème de sécurité si on passe par l'Ouest de ces deux pays.

 - Avec les passeurs de voitures, qui nous racontent que, il y a deux mois, un pauvre cycliste s'est fait refusé l'entrée en Mauritanie et renvoyé à RABAT pour prendre son visa.....2300KM x 2 = 4600Km - On espère qu'il a fait du stop!

Le no mans land est parsemé de voitures en épave mais aussi de véhicules en stationnement avec des plaques européennes ou sans plaques du tout, surveillées par des chiens et des gardiens . Ces véhicules ont été achetés par des Mauritaniens ou des Sénégalais, et les transactions ont été effectuées dans le No mans land. L'acquéreur final est allé acheter une nouvelle carte grise et (éventuellement) parti payer les droits de douane. Pour passer il leur suffit de payer quelques bakchichs d'où la mentalité des douaniers, habitués à être arrosés.

         

Km 3777 ▼  5  février 2010 Nouadhibou 

Ө jour  40.4°C en plein soleil à la douane 28.8°C à Nouadhibou

Arrivés à Nouadhibou qui s'est modernisé depuis notre passage en 2001, la ville est toujours aussi sale mais nous n'avons plus de haut de cœur lorsque l'on y marche, Nous allons au Cap blanc en suivant les points GPS du Gandini, mais cela à bien changé, nous attaquons la piste vers le port pétrolier et minéralier (SNIM), nous passons une zone où les poubelles brûlent, ça pue, mais plus loin c'est pire ça sent la M.... en cinq lettres comme le dit Monsieur Cambronne. La aussi cela manque de charme, passage d'un barrage militaire, puis le Cap blanc est fermé par une barrière, il y a un gardien c'est 1200UM/pers, vu l'état de la piste le lait à coulé du frigo et nous voyons une quantité phénoménale de mouches se régaler, coup de fly tox. Le gardien nous dit que quand ils mettent le feu aux poubelles les mouches viennent à la pointe, sympa nous avons eu la totale !

 

La vue  sur la mer est très jolie.

 

le gardien nous propose de nous emmener voir les phoques, il marche à ras de la falaise, nous, trois pas derrière, Nous sommes courageux mais pas téméraires, hum hum ....je suis peu convaincu de son appel des phoques avec son sifflet vu la force du vent, bref nous ne voyons rien comme d'habitude, deux fois il nous dit là là vous l'avez vu, et non, il bluffe et puis, non il y en a bien un, donc c'est vrai, il y a bien des phoques moines, Un gros mammifère marin  joue dans les vagues et  répond au sifflet du gardien de la pointe. Super.

 

Ah oui le cap blanc maintenant est rouge car les poussières du terminal de la SNIM recouvrent le sable blanc.

 

Au retour, nous croisons le train minéralier, le plus long du monde je crois.

 

Nous allons prendre notre place au camping Abba, puis allons livrer les vêtements d'enfants à l'église du père Jérôme N20°55.035' W017°02.761'

 

Au camping, nous rencontrons Brahim, qui fait du commerce divers. C'est lui qui en 2007 a ramené en Mauritanie le corps du malheureux français qui voulant couper la piste dans le No mans land a sauté sur une mine en Février 2007. Ni les policiers marocains ni les policiers Mauritaniens ne sont habilités à intervenir en cet endroit. Il a donc utilisé le sac de couchage du voyageur et a rapatrié le corps sur Nouadhibou.

 

◄ Nouadhibou

 

 

 

Nous n'avons pas retrouvé les taxis sans âge complètement cabossés mais magnifiquement repeints en bleu clair au pinceau, Brahim nous dit qu'avec le nouveau gouvernement tout cela a changé, en fait tout le monde fait taxi d'ou des coups de klaxon partout et tout le temps.

 

Km 4254 ▼  6  février 2010 Nouakchott 

Ө matin 18.5°C à Nouadhibou Ө jour à Nouakchott 41.5°C

 

La route nationale 3 de Nouadhibou à Nouakchott est toujours de bonne qualité, malgré une partie centrale du trajet soumis à un vent de sable et une visibilité moyenne nous avons bien roulé au détriment de la consommation (18.88l/100km).

 

Aujourd'hui pour éviter que les policiers sautent sur le marche pied et passent la tête dans le camion comme pour m'embrasser je fais la technique de l'année dernière, je monte la vitre d'un tiers, c'est pas sympa mais cela évite des discussions interminables tous les 50Km.

 

L'inconvénient majeur des contrôles de police c'est que, quand j'ouvre ma vitre, 4 à 5 mouches rentrent, Est ce que les policiers élèvent des mouches ou autre hypothèse ..........

 

Arrivés à Nouakchott nous nous dirigeons vers l'auberge Menata, chez Olivia il n'y a plus de place, C'est plus grand et plus calme apparemment que chez Herman (qui aurait vendu paraît il) . Olivia nous emmène à sa maison d'hôte, mais il faut se stationner dans la rue et cela ne nous plaît guère. Nous allons aussi voir le camping du bord de mer (camping Tergit, 2500 UM par personne plus électricité 1000 um) pour revenir cette fois chez Herman qui a pris un an sabbatique d'après son associé. Auberge du Sahara, 1700 UM par personne électricité incluse, WIFI à disposition)

 

Point GPS de l'Auberge Menata   chez Olivia    N18°05.590'  W015° 58.639'3

Point GPS de l'Auberge Sahara chez Herman N18°06.150'  W015° 59.820'9

 

Le "gardien de phare" a baissé ses watts, les Allah Akbar sont moins forts ou ce sont mes oreilles qui baissent encore. Lors des achats à la supérette, le frigo où il y a le  beurre est en panne, le vendeur nous dit "ce n'est pas grave, "le dépanneur va venir bientôt", bon d'accord mais  en attendant, les clients doivent acheter de l'huile en boîte !

 

Km 4254 ▼  7  février 2010 Nouakchott Ө matin 23.5°C Ө jour 34.5°C couvert vent poussière

Ce matin nous allons comme d'habitude faire le visa du Mali, puis l'assurance pour le Sénégal chez AGM, Nous sommes déjà assurés pour toute l'Afrique par AGF France, mais c'est pour éviter des palabres avec les gendarmes sénégalais. (15 jours, 9000 UM pour le camper et la moto). Ils ne font pas l'assurance carte brune CEDEAO contrairement à ce que disent les guides.

 

Puis nous allons toujours comme d'habitude nous rafraichir et manger à l'hôtel Marhaba ancien Mercure racheté par des Grecs, Pour Solange, ce fut un délicieux steak de chameau, cuit à point.

 

Pour le café au salon je prends des journaux, il y a une pub CANON avec un appareil photo numérique, nous y allons, ils n'ont qu'un modèle et il est bien, plus cher qu'en France mais nous n'avons pas le choix puisque j'ai perdu le mien. Récupération des passeport à l'ambassade du Mali à 15H30 sans problème. (deux mois, deux entrées, 20 000UM le visa)

 

◄ Vent de sable à Nouakchott

 

Tous les trajets ont été faits en taxi, les prix et les chauffeurs sont corrects, les voitures pourries mais on connait.(200 um la course, 300 si on sort de ville). A l'arrière, Solange ne savait pas où mettre les pieds car le plancher était un vrai gruyère, et quand elle a voulu s'accrocher à la poignée supérieure, le toit est descendu.....Une réelle expérience. Evidemment le pare brise était cassé et les portes latérales,  chacune d'une couleur différente. Mais pour 200 UM la course, soit 60cts, il ne faut pas trop en demander.

 

Nous retrouvons avec plaisir chez Herman un couple de Belges en fourgon et Martine et Jean Michel en  camping car 73, rencontrés l'année dernière au PK25 à Dakhla, Jean Michel  nous suit sur notre site. Ils descendent aussi au Sénégal; nous croisons Herman.

 

Nous retrouvons sans plaisir nos premiers moustiques.

  

  8  février 2010 Birette Ө matin à Nouakchott 19.5°C Ө jour 35.4°C

Nous prenons la route pour le Sénégal, nous essayons d'aller dans le parc national de Diawling dès les premiers panneaux, la piste est bonne pour nous, mais rien n'est balisé et nous ne possédons pas assez d'infos, alors nous faisons demi-tour et reprenons la route de Rosso.

 

Point GPS de l'embranchement du parc de Diawling N16°41.644' W016°03.258'

 

Nous prenons donc la piste pour le barrage de Diama à Rosso.

 

Point GPS de l'embranchement de la piste vers le barrage de Diama N16°30.729' W015°48.761'

 

La piste est correcte mais on ne sait jamais quel est le meilleur endroit pour rouler, en bas ou en haut sur la digue, nous apercevons deux beaux varans. Nous l'avons faite en 2H45.

 

Avant la douane de Birette nous payons le gardien du parc 2000um  (avec reçu).

 

Point GPS de la douane de Birette (coté Mauritanien du barrage de Diama) N16°30.729' W015°48.761'

 

Solange raconte le passage en douane

 

Avant le barrage de Diama, arrêt au poste de Douane:

Deux mauritaniens qui jouaient avec des dés sur un tapis par terre me font signe de rentrer dans leur cabane. Ils me montrent une porte et me disent "c'est là, rentre".

A l'intérieur, personne mais un jeune douanier arrive très vite, l'air très sévère:

- Passeports

- Ce n'est pas toi !

- Si c'est moi , avec un grand sourire

  (c'est vrai que la photo du photomaton ne m'arrange pas)

- Non ce n'est pas toi!

Un deuxième arrive, lui aussi avec un air très sévère et ferme la porte.

Me voici enfermée dans 4 m2 avec deux mauritaniens qui se la joue méchants..

 

Je ne me démonte pas et leur explique en souriant que désolée, c'est bien moi.

 - Permis de conduire et carte grise!

et voyant le nom du permis le N° 2 dit "c'est elle".

D'un ton tranchant:

- 10 euros ou 3000 UM!

- OK, 3000um avec un reçu.

- Pas de reçu, y'en a plus (je suis fusillée du regard)

- Pas de reçu, pas de Ouguiya ! avec un grand sourire

- Tu reviens quand ?

- Peut  être dans deux mois

- Tu auras ton reçu dans deux mois!

- OK vous aurez les ouguiya dans deux mois

- Va t en, on va dire que tu n'est pas venue!

 

Ensuite, poste de police:

-Passeports s'il vous plait . (Tiens il est poli)

puis d'un air très sérieux et sur de lui :

- 10€ ou 3000 ouguiyas

- avec un reçu s'il vous plait

- ah heu je n'ai plus de reçu, vous pouvez y aller

 

J'étais heureuse, rien payé pour sortir de Mauritanie! mais raté, alors que je remontais dans le camper, un Mauritaniens m'appelle,

- hé, il faut payer la taxe à la commune, 500 ouguiyas!

ça recommence

- ok avec un reçu

et il me donne un reçu Zut je devrais donc m'acquitter des 500 um.

 

 

 

 

 

 

                             

                           

                           

St Louis

 

Sénégal        Album photos du Sénégal     Fiche Sénégal


Monnaie  Franc CFA  1€ = 6.50 FCFA  

Gazole   574FCFA (0.896€)

             

  8  février 2010 Birette Ө matin à Nouakchott 19.5°C Ө jour 35.4°C

Le passage s'effectue au mieux avec des douaniers et policiers corrects, 5000 cfa à payer pour les deux passavant, moto et camper. Nous stationnons à coté de trois camions dont un MAN militaire 6x6 MONSTRUEUX, c'est un organisateur d'expéditions, comme cellule c'est un container, je ne sais pas si ils sont "tout confort" car apparemment le container c'est pour le matériel.

 

Pour le bivouac nous restons sur place à la douane, sur le vaste parking, c'est tranquille à part un chien qui a gueulé deux heures dans la nuit.

 

Km 4628 ▼  9  février 2010 Ө matin 19°C Ө jour un petit 24.8°C pour finir vers 17H00 à 18.5°C temps brumeux et venteux.

Ce matin nous allons visiter l'ancienne usine de pompage d'eau de Mbakhana, par une bonne piste.

  

Point GPS de l'ancienne usine de pompage à Mbakhana N16°05.452' W016°22.051'

 

Le gardien du site est sympa, il parle très bien le français et est très cultivé. Il nous fait visiter les deux unités de pompage à vapeur, la première fonctionnait au charbon et la seconde au bois. Puis il nous emmène sur la colline artificielle où la vue domine la vallée, ce qui fut  d'ailleurs son but puisqu'elle a été réalisée par les tirailleurs qui creusaient avec leurs casques lourds, le nom de Mbakhana veut dire chapeau en Wolof, nous passons près de la nouvelle unité de pompage qui doit alimenter le village et les alentours.

 

Puis nous prenons la direction de St Louis que nous redoutons, petite histoire pour ceux qui ne connaissent pas, premier contrôle de douane pour l'assurance, puis un peu plus loin la police pour les passeports, et un peu plus loin nous sommes sur une grande ligne droite avec une belle ligne blanche continue, placé derrière une charrette je roule avec les demi-vitesses à 20 km/h, derrière ça klaxonne et on me double allègrement, mais je ne doublerai pas ! et ce qui était prévu arrive, un gendarme en embuscade laisse passer tout le monde et m'arrête, et comme d'habitude papiers, extincteur, triangle, gilet, je le titille en lui disant c'est comme d'habitude il me répond "Vous n'allez pas m'apprendre mon métier" Solange joue du charme, c'est le binôme quoi ! Il n'y a rien à tirer de nous et il nous laisse partir, c'est St Louis.

 

Nous retrouvons St Louis comme disent nos copains Chambériens Tina et Jimmy arrivés dans l'après midi "Charmant et dégueulasse". Nous allons nous installer au camping de l'océan chez Raymond avec électricité et WIFI, parfait, le temps se rafraichit avec brume. Repas de midi à l'hôtel Mermoz à coté.

 

Nous sommes sur l'hydrobase là où atterrissaient les avions de l'aéropostale.

 

Point GPS du camping de l'océan à St Louis N15°59.825' W016°30.644

 

Km 4628 ▼  10  février 2010 St Louis Ө matin 17°C Ө jour 31.8°C

Visite de St Louis en calèche, Nous partons  dans l'intention de faire à  pieds les 4km qui nous séparent de la ville. Je ne peux pas passer les séchages de poissons, la puanteur est trop forte pour moi, et nous finirons en taxi. A ST LOUIS, nous prenons une calèche vers l'hôtel de la poste où se trouve la chambre de Mermoz. Notre guide est très bien, nous apprenons que Sénégal veut dire "notre bateau" en wolof, les bâtiments coloniaux sont bien fatigués mais on imagine bien ce qu'ils ont du être du temps où St Louis était la capitale du pays. C'est très sale et la visite est difficile pour moi car j'ai des hauts de cœur.

 

  11  février 2010 St Louis Ө matin 16.5°C Ө jour 33°C

Il y a trop de monde au camping océan nous allons au camping Zebrabar qui est à vingt kilomètre sur la lagune, A la sortie de St Louis pour l'arrêt classique par un gendarme nous voyons Jimmy à la guitoune prêt a payer pour une question de permis international pas à jour.

 

Le Zebrabar est vraiment bien, mieux que celui de l'océan par contre il n'y a pas l'électricité ni le WIFI (panneaux solaires). (6000 cfa pour deux) demander leur adhésif il est bien.

 

Points GPS pour aller  au camping Zebrabar depuis St Louis sur le goudron tournez à droite au point N15°58.532' W016°28.989, puis tourner à gauche au point N15°53.275' W016°30.326'

 

Point GPS du camping Zebrabar en venant de St Louis N15°51.841' W016°30.749'

 

Promenade sur la plage et dans le parc de la lagune que nous avons payé au camping.

 

  12  février 2010 Pete Ө matin 17°C Ө jour 34.8°C

Nous aimons beaucoup Zebrabar et serions bien restés quelques jours mais nous devons avancer afin d'éviter les grosses chaleurs et la pluie, nous ferons le Sénégal au retour.

  

Traversée habituelle de St Louis quatre gendarmes et trois contrôles, le dernier a déjà arrêté un 4x4, il joue le méchant, le 4x4 n'a pas d'extincteur, après les contrôles classiques le gendarme me demande de  montrer l'extincteur au chauffeur du 4x4, je lui dis qu'il sait ce que c'est et qu'il n'en a pas besoin car c'est une voiture particulière, alors là il est très menaçant je m'exécute et il me demande de partir, le fait de soutenir l'autre chauffeur n'arrange pas ses affaires.

 

Nous prenons la N2 que le routard 2010 donne pour bonne route mais monotone, la route est truffée de nids de poules et c'est un zigzag permanent et une attention fatigante pour le conducteur, par contre le paysage est vraiment bien nous aimons beaucoup ♥♥, les cases traditionnelles y sont pour beaucoup.

 

Nous bivouaquons à Pete dans la caserne de la gendarmerie, ils sont sympas et discrets, nous sommes situés loin de la route, c'est bien, par contre nous sommes réveillés dans la nuit par les moustiques, nous sortons la moustiquaire ... trop tard.

 

Point GPS de la gendarmerie à Pete N16°06.345' W013°57.085'

 

13  février 2010 Kidira Ө matin 19°C Ө jour 35°C et 41.6°C à 17H00 à Kidira

Aujourd'hui c'est une route d'enfer toujours les nids de poules mais en plus des sections ruinées, les pistes d'échappement latérales ne sont pas mieux et souvent en dévers, finalement je reste sur le goudron et passe les nids de poules au ralenti. Nous passons voir la ville de Bakel, elle est truffée de radiers courts mais profonds, nous faisons du trial.

 

Nous doublons une coccinelle poussive. Piquenique sous un baobab les fruits me tendent les bras, ça me titille mais je ne veux pas leur voler leur gourmandise.

 

Maintenant nous prenons la nouvelle route financée par Taiwan, super ♥♥♥ plus de nids de poules, magnifique nous passons dans des reliefs et près de villages de cases.  Mais cela se gâte une peu plus loin, la route s'effondre nous sommes obligés de descendre dans le lit de la rivière (à sec), plus une sortie de pont est éventrée, et les nids de poules se forment, dans deux ans on regrettera la piste, M. Routard mettez votre guide à jour pour 2011.

 

Nous bivouaquons à Kidira à coté du poste de Gendarmerie et bureau de la police des frontières. RFI annonce que Kouchner est à Bamako, est il venu pour nous ?

 

Point GPS de la gendarmerie et bivouac à Kidira N14°27.362' W012°13.097'

  

  14  février 2010 Kidira Ө matin 22.5°C Ө jour 38.2°C

 

Nous passons à l'assurance pour la CDEAO et nous savons pourquoi l'assureur roule dans une superbe BMW 4X4 neuve, nous avons nos papiers mais de leur coté pas de trace. Maintenant dès que l'on croise une superbe voiture on dit "tiens un assureur" !

 

Sortie du Sénégal sans problème ni bakchich.

 

Sénégal

   

 

 

 

         

         

        

 

Ségou

 

MALI       Album photos du Mali       Fiche Mali


Monnaie  Francs CFA 640FCFA = 1€

Gazole   525FCFA (0.820€)

Température Ө19°C à Ө42.6°C

Heure GMT 

Routes à péages 500 FCFA  avec notre véhicules

Electricité que se soit le réseau ou le groupe électrogène c'est pas terrible notamment pour le moteur de la climatisation.

 

Situation géopolitique

RAS à ce jour ......

    

Km 5708 ▼  14  février 2010 Ө matin 22.5°C Ө jour 38.2°C

C'est dimanche alors les douaniers nous demandent 30'000FCFA, (camper + moto) on payera 20'000FCFA  avec reçu.

Nous prenons la direction de Bamako sur une route avec quelques nids de poules et des passages en latérite mais c'est beaucoup mieux que celle du Sénégal, nous passons deux péages à 500FCFA.

 

La route est un peu monotone sauf un passage dans du relief et cases traditionnelles. Sur la route au loin nous voyons un camion avec un capot bizarre à l'arrière, en fait c'est la coccinelle qui est tirée par le semi remorque.

 

Nous nous arrêtons pour bivouaquer à Diama au campement tenu par une anglaise qui fait de l'humanitaire, il n'y a presque rien, eau au bidon, pas d'électricité mais elle fait partir les enfants ... Barka !  ... à retenir. L'accueil est en anglais, présentation, prix, etc. (2500FCFA/pers) c'est parfait nous nous installons. Puis après notre installation nous visitons et discutons, comme elle nous a dit qu'elle avait vécu un peu en France et qu'elle veut nous faire plaisir, elle nous parle français et ...... nous ne comprenons rien, alors nous faisons des sourires niais quand elle sourit, enfin nous nous adaptons à ses mimiques et reprenons en anglais. Attention aux puces des canards ça laisse des traces ! 

 

Nos corps commencent à se cuivrer joliment (C'est la séquence érotique indispensable).

 

Point GPS du campement Voyage Aventure à Diama N14°33.037' W009°11.155'

 

Km 6040 ▼  15  février 2010 Bamako Ө matin 19°C Ө jour 38.4°C à Bamako

Excellente route à péage de Diama à Bamako (2 x 500FCFA). Nous doublons notre coccinelle hollandaise, cette fois ci ils sont arrêtés, le capot est ouvert, même remorquée la Cox ne roule plus ? Nous sommes en pays de culture et comme nous ne roulons pas à travers champs il est difficile de sortir de la route.

 

Lors de la pause café nous recevons un message de Christine et Patrick de La Clusaz, merci pour votre message mais pourquoi préciser que c'est la St Valentin, je ne l'ai pas souhaité à ma chère et tendre..... D'ailleurs ce n'est pas la même date au Mali, je crois, non je suis sûr, et il n'y a pas de fleuristes dans la brousse ! Imaginer sa déception avec des fleurs fanées au bout de deux heures, finalement j'ai fait une bonne action.

 

Après le pique-nique un pick up de la gendarmerie avec gyrophare et phares allumés arrivant en face de nous font des grands signes pour nous   arrêter. Un motard avec feux à éclats arrive en face suivi d'un autre, est ce l'arrivée du président ?

Non c'est le Bamako - Dakar en vélo ! Il est 13H00 il fait 35°C à l'ombre ! Bon courage.

 

A Bamako nous allons à l'hôtel Djobila, 3500FCFA/pers (5.47€) et par jour. Il fait chaud et lourd et toujours cette belle vue sur le Niger et ses pêcheurs en pirogues. Nous captons un WIFI libre avec l'antenne.

 

Point GPS du feu rouge ou il faut tourner à droite pour l'hôtel Djobila N12°36.482' W008°00.378'

 

Point GPS de l'hôtel Djobila N12°36.592' W008°00.564'

 

Petit tour en moto et en solo dans Bamako, c'est mémorable...

 

Km 6040 ▼  16  février 2010 Bamako Ө matin 22.5°C Ө jour 34°C

Toujours à Bamako nous allons en taxi (3000cfa l'heure) à l'ambassade de Guinée pour faire les visas (46000cfa le visa 60 jours), nous les récupérons à 15H00, bon accueil, équipe sympa.

 

Point GPS de l'ambassade de Guinée N12°37.171' W007°59.024'

 

Ensuite nous allons à l'ambassade de Côte d'Ivoire, pas facile à trouver car ils ont déménagé, le gardien de l'ambassade m'interdit de rentrer car je n'ai pas de manche alors Solange y va seule.

 

Point GPS de l'ambassade de Côte d'Ivoire N12°38.096' W008°01.777'

(A coté de l'hôtel Radisson)

 

Au bout d'un moment elle ressort passablement énervée il lui faut une photocopie du visa du Mali, ballade toujours avec notre taxi pour trouver une photocopieuse nous en profitons pour acheter une chemise " typique" à l'hôtel américain à coté. Cette fois ci je rentre avec elle et je comprends, nous avons affaire à un type très hautain à tel point que je regarde le rideau car la moutarde me monte au nez. Nous remplissons des documents où il est marqué en bas "Nous ne remboursons pas en cas de refus de visa" !!! Il nous renvoie faire une photocopie de notre passeport car nos photocopies sont au format A5 et il ne prend que du A4. En sortant Solange me dit "Tu veux toujours aller en Côte d'Ivoire ?" Au retour je m'aperçois que deux nanas sont rentrées avec des bretelles ficelles sur leurs épaules ! Documents remplis il nous convoque demain à 9H00 pour payer, "on ne peut pas payer maintenant car cela coûte en taxi et c'est loin... Non il faut venir demain en faisant une photocopie de l'assurance CEDEAO recto verso. L'affaire a durée 2H00.

 

Qu'est ce que je porte bien l'habit, le bas de la chemise est évasé comme pour habiller une bouteille de champagne, les mauvaises langues diront " plutôt une bouteille de Perrier"

.le soir, repas de capitaine grillé, accompagné de alocos (délicieux) pris en compagnie de Gilbert et Christiane du camping-car 71

 

 

Km 6040 ▼  17  février 2010 Bamako Ө matin 25.5°C Ө jour 35°C

Nous allons à l'ambassade de Côte d'Ivoire pour 9H00, nous rentrons à 9H05 mais ils nous prenne à 10H00 car un gars n'était pas arrivé. Aujourd'hui je vois l'ambassadeur sapé comme un prince avec un petit chapeau autrichien avec sa petite plume du meilleur effet.

 

La femme qui s'occupe des paiements est très sympa, ça change, nous lui demandons ce qu'il y a à voir et nous répond "la plage", les autres réponses à nos questions ne sont pas plus encourageantes.

 

Elle nous dit que les prix ont augmentés ainsi que les formalités à cause de la crise et de l'immigration. Je pose la question concernant l'entrée sans manche, elle est stupéfaite Solange lui dit qu'en plus il veut un cadeau, elle répond "lui il va sauter". Nous sommes convoqués demain à 15H00 pour prendre les visas (60000CFA le visa 10 jours) avec le reçu donné par la compta.

 

Petite course au marché couvert près du camping, tout est couvert de mouches.

 

Des Espagnols arrivent à l'hôtel, ils ont passé cinq mois au Ghana, la chaleur est terrible là bas, ils ont un CPD (Carnet de Passage en Douane) mais il me dit que en disant que l'on ne fait que passer en touriste avec un bakchich ça marche, par contre il n'y a pas grand chose à voir. Trop tard pour nous pour cette année, il fait trop chaud. Ils nous déconseillent la Côte d'Ivoire "Trop dangereux"?

 

Km 6040 ▼  18  février 2010 Bamako Ө matin 25°C Ө jour 36°C

Les piles boutons du cadenas alarme n'en peuvent plus, j'ai peur d'avoir aussi cher pour mes six piles que le prix du cadena, la papeterie à qui je m'adresse m'amène dans le marché 

 ( ils sont sympas ces Maliens) 150FCFA la pile !  (0.234€)

 

A 15H00 nous allons chercher nos visas à l'ambassade de Côte d'Ivoire, le préposé est toujours aussi hautain derrière son bureau ministériel, tout est prêt c'est parfait.

 

Petite visite au magasin "les milles et une merveilles" qui est sur la route, il y a toutes les chinoiseries possible de la gamelle au tapis, courses à la superette près du camping et qui est plus facile d'accès car à l'opposé du centre ville, tourner à droite au feu rouge en sortant du camping la superette QUICK SHOP est à 2.85 Km. Coup d'état à Niamey au Niger (RFI).

 

Point GPS de  la superette QUICK SHOP à Bamako WPT N12°35.247' W008°01.316'

 

Nous ne savons pas si Kouchner a raté son coup lors de sa visite mais les journaux ne sont pas tendres, il y en a un qui titre "Deux insultes de la France contre ATT*" (* Initiales du Président).

 

Un couple de Normand en IVECO 4X4 arrive en fin d'après midi, ils viennent du Burkina, ils ont eu très chaud d'autant que leur climatisation est défectueuse, on connait. Ils font partis comme nous du club des camping car de la route de la soie.

 

Km 6273 ▼  19  février 2010 Ségou Ө matin 26.5°C Ө jour 38°C

Sortie de Bamako tranquille (Bon à l'africaine), nous allons ver Ségou par une bonne route, le vent  souffle fort et chaud.

 

Bivouac à l'hôtel Savane (WIFI) plus calme que le parking de l'hôtel Indépendance.

 

Point GPS de l'hôtel Savane N13°26.185' W006°16.627'

 

Petit message satellite de Tina & Jimmy, sympa, merci et à bientôt.

 

Ce soir au resto poulet Yassa, c'est un poulet bicyclette et un très grand sportif nous n'avons pas trouvé la viande, que la peau sur les os, heureusement qu'il y avait du riz et des légumes pour caler le ventre.

 

Km 6446 ▼  20  février 2010 Ségou Ө matin 25.5°C Ө jour 38.6°C

Ce matin nous nous dirigeons vers le port de Ségou facile à trouver avec le guide du Routard, je ne suis pas très chaud pour une visite en pirogue, je m'attends aux rabatteurs et compagnie, il n'en fut rien, c'est calme bien qu'il y ait beaucoup de toubabous, accueil sympas chez les guides, le prix 25000cfa  est celui annoncé par le routard, c'est parfait.

 

Point GPS du port de Ségou N13°20.999' W006°15.914'

 

La pirogue à moteur est silencieuse et sans fumée, promenade en pirogue sympa et très cool. Jolis paysage. Au village des potiers, les gens sont gentils ainsi que les enfants, très bon accueil dans les familles, cette promenade fut un délice ♥♥♥.

Nous avons payé 2000FCFA de taxe au village et avons vu les différentes phases de fabrication de la poterie dans différentes familles.

Les femmes font de la poterie de mère en fille depuis plus de 300 ans, les filles ne vont pas à l'école, elles apprennent la poterie dès l'âge de 10 ans.

 

Elles sont souriantes, ne connaissent rien d'autres, et font tout à la main comme leurs ancêtres. Elles ne connaissent pas le tour, c'est elles qui tournent autour de leur poterie.

 

Une toubabou est en grande discussion avec une femme qui pompe au puits et un homme qui regarde. Elle leur explique que c'est à l'homme de pomper, heureusement ils ne comprennent pas. Nous, nous comprenons car elle parle français avec l'accent belge, il faudrait lui expliquer que la société traditionnelle Malienne est très structurée.

 

Des enfants me prennent par la main et m'appelle papa, je prends mes distances avec Solange, préservons la paix du ménage, de toute façon c'est la première fois que je viens ici ....... Euh je crois .......... Sur quelle rive je suis déjà ?

 

Repas dans la cour intérieure de l'Hôtel Restaurant l'Auberge tenue par des Libanais, très bien. Nous achetons du miel de baobab pour les filles !

 

Visite au site de Sorotomon, le marché est typique mais nous n'allons pas plus loin que le centre du village, le routard ne parle pas d'ici, nous allons à Sékoro.

 

Point GPS pour aller à Sorotomon tourner au WPT N13°20.693' W006°23.377' suivre la large route en latérite.

 

Visite du site de Sékoro cité par Le Routard, Ici on nous saute dessus, à l'entrée on me demande 15000 FCFA, OK je fais demi-tour, il passe à 2500FCFA pour le village pour lui on donne ce que l'on veut ...... donc rien............ je rigole nous l'avons payé !

Village et guide pas sympa ....... cadeaux ................ bonbons........

 

Point GPS pour aller à Sokoro tourner au WPT N13°23.329' W006°20.988' et suivre le chemin légèrement ensablé mais porteur.

 

Nous prenons le goudron vers Teriya Bugu ♥♥♥, cette fois ci les panneaux indiquent très bien l'entrée de la piste inondable.

 

Point GPS pour aller à Teriya Bugu depuis Ségou rendre la piste inondable au point N13°08.698'  W 005°51.024' Teriya est au WPT N13°12.499' W005°31.835'.

 

Pour prendre la piste nous fermons bien toutes les ouvertures notamment les lanterneaux car je fais une poussière comme un panzer, mais je ne prends pas pour Rommel !

 

Anecdote

Un jour je suis étonné de voir un toit ouvrant sur un tout terrain Mercédès classe G* avec une couleur kaki et on me répondit "C'est pour le passage des bosses il faut ouvrir le toit à cause des casques à pointes !

  

* Celui qui ressemble à un Land Rover avec des galbes comme une boite d'allumette.

 

Je me suis éclaté sur cette piste sans difficultés techniques, longue quand même de 35 Km au GPS donc 45 Km env. je n'ai pas mesuré mon mètre dans la caisse à outils n'est pas assez long.

 

Arrivé à Teriya bugu, ils ont aménagé un accueil avec écran PC plat, un jeune blanc se la pète un peu. Il fait chaud, très chaud, nuit difficile. Le restaurant a doublé ses prix depuis l'an dernier, Il pratique maintenant des prix français, mais c'est bon. Deux musiciens jouent ce soir,  mais c'est un peu trop répétitif, nous ne nous attardons pas.

 

 

   

Ségou

Piste inondable de Teriya Bugu 

Pirogue vers le village des potiers Village des potiers

 

 
 

 

 

 

Km 6273 ▼  21-22  février 2010 Teriya Bugu Ө matin 23.5°C Ө jour 39°C

Journées de repos à Teriya Bugu, ballade vers les pêcheurs et leur village, ballade en moto pour moi l'après midi, le soir je me suis fait une coupe de cheveux africaine mais cela n'intéresse que mes fans.

 

Nous aimons toujours autant Teriya Bugu par contre la nouvelle direction est en train de tout gâcher au niveau accueil, Les "blancs" ne disent pas bonjour, l'adjoint réceptionniste en costume cravate par 39°C, il serait mieux en boubou comme avant, on se croirait au Novotel. Le parc reste magnifique.

 

Km 6734 ▼  23  février 2010 Teriya Bugu Ө matin 23.5°C Ө jour 42.6°C

Nous partons de Teriya Bugu de nouveau par la piste inondable, vers la fin de la piste nous arrivons dans un village c'est trop étroit et ça ne passe pas et lorsque je fais demi tour je me plante jusqu'au moyeu dans un trou pas vu à la caméra pas mal colmatée par la poussière, En sortir fut facile avec les courtes et les blocages des ponts, la manœuvre pour le demi-tour fut plus compliquée, mais nous avons assuré le spectacle pour les villageois, il n'y avait pas d'homme l'honneur est sauf.

 

Route de liaison vers Sikasso où nous allons bivouaquer à l'hôtel Wassoulou (3000CFA/pers)où nous pouvons rentrer avec la case mobile, à l'hôtel Maïssa nous aurions pu rentrer par l'arrière et nous parquer  avec les camionnettes de service mais ils demandent trop cher.

 

En arrivant à l'entrée de Sikasso il y a notre dernier barrage de contrôle, comme d'habitude je double les mini bus et camions car ils ne nous demandent jamais rien, mais ici le gendarme nous fait signe de nous garer sur le coté.

 

Après avoir fait des mondanités avec des gars il vient vers nous et en une seule phrase nous demande " Passeports, permis de conduire, assurance, vignette, triangle, gilet, extincteur et ... boîte à pharmacie" et là nous éclatons de rire, est ce qu'il va nous faire le coup de Saint Louis, nous avons tout, il n'est pas méchant, tout se passe bien et rapidement, il devait avoir besoin d'affirmer son autorité.

 

Point GPS de l'hôtel Wassoulou à Sikasso N11°20.133' W005°39.783'

 

Point GPS de l'hôtel Maïssa à Sikasso N11°20.133' W005°39.783'

 

  24  février 2010 Ө matin 25.5°C à Sikasso

 

Ce matin je prépare tout pour faire le plein d'eau et je vois arriver un gars avec un seau, l'eau est venue par voiture !

 

Sortie du Mali par la douane de Zegoua.

Arrêt au poste de douane qui demande 5000cfa. Comme d’habitude nous demandons un reçu, il n’y en a pas, nous  refusons donc de payer.

Un peu plus loin, nous passons au poste de gendarmerie, même topo, 5000cfa, « pas de reçu, je ne paye pas ». Je pense que la fermeté de Solange les impressionne et ils nous laissent partir avec un sourire en coin,

Puis nous  passons au poste de police juste à coté, très sympa," bonne route et bon voyage". Enfin un qui ne demande rien.

 

Mali

   

 

 

 

        

       

        

     

La mosquée de Kong

 

 

 

Côte d'Ivoire         Album photos de la Côte d'Ivoire    Fiche Côte d'Ivoire


Monnaie  Francs CFA 640FCFA = 1€

Gazole   500 FCFA (0.781€) en zone rebelle et 615 FCFA en zone gouvernementale

Température Ө26  °C à Ө43.5  °C

Heure GMT 

 

Situation géopolitique

Avec le problème des élections sans cesse reportées il y a en ce moment de nombreuses manifestations et des bâtiments administratifs saccagés, cinq morts.

Les rebelles tiennent le nord du pays, ils harcèlent les automobilistes pour obtenir de l'argent et nous, nous refusons de financer des oppresseurs. Un numéro a été créé, le 110  pour les cas de harcèlement routier.

 

 

6973 Km ▼  24  février 2010 Ө jour 43.5°C

Arrivée en Côte d’Ivoire par le poste de  POGO.

Arrêt au poste de douane on nous demande 2000cfa . On recommence, pas de reçu, pas de monnaie. Palabres assez longs, ils expliquent qu’ils ne sont pas encore organisés et n’ont pas les reçus, que nous les aurons au bureau en ville. « Pas de problèmes, nous paierons là où nous aurons le reçu » et nous partons. Puis poste de police «Force  Nouvelle » ( Nous apprendrons plus tard que ce sont les rebelles qui tiennent les douanes du Nord et que depuis peu ils ont gagné des postes au gouvernement.) Et ça recommence, ils nous demandent 5000cfa, palabres, menace de rapport de notre part, ils refusent de donner leur noms, je note l’endroit, l’heure, et Solange  commence à rédiger le rapport soit disant pour le donner à Abidjan. Cela les impressionne et ils nous laissent partir sans oublier de visiter le camping-car pour un nouveau soi-disant contrôle.

 

Deux km plus loin, nouvelle barrière, poste « centrale » où ils nous demandent 5000cfa. Cela devient une habitude. A nouveau menace de rapport, ils s’en sortent en disant « vous ne nous aviez pas dit que vous aviez un visa de 10 jours comme touriste ! OK, on part gagnant gagnant !

 

50 m plus loin, nouveau poste de police. 5000 CFA mais cette fois il a un reçu c’est un laisser passer pour la voiture. OK on paye. A la sortie, il nous dit,” il faut passer à la barrière » Nous nous avançons vers la barrière, ils sont 4, il faut 1500 CFA pour la lever. Refus catégorique de notre part, nous nous fâchons et ils nous laissent partir.

 

Nous pensions en avoir fini mais non, 5 km plus loin, un poste de contrôle. Ils notent le numéro de la voiture et nous demandent 2500 CFA, refus catégorique, alors 1500 CFA. Nous avons refusé catégoriquement en leur précisant que les touristes n’ont pas à payer les taxes de contrôle. OK, ce sont des rebelles et ils ont besoin de fonds mais ce n’est pas à nous d’alimenter leur caisse. Nous pratiquerons de la même façon aux 12 contrôles suivant où ils essaient de nous extirper de 1500 à 2500 CFA à chaque fois. Nous avons certainement « économisé » 50€ il n’y a pas de raison, nous avons suffisamment payé pour le visa.

 

Comment reconnaître les rebelles, ils se partagent l'uniforme, un a les rangers, un autre le pantalon, un autre la veste, le chef a l'uniforme kaki complet.

 

Lorsque nous faisons les courses en ville à Ferkessedougou nous voyons un adolescent complètement nu, nous ne comprenons pas, est-il shooté ? Il se fait houspiller par un passant. Le gars de l'hôtel nous dit que c'est un sort, la mauvaise sorcellerie.

 

Nous nous installons pour bivouaquer à l'hôtel La réserve, qui est un peu ruiné mais le gars est très sympa, nous discutons pas mal avec lui, il n'y a pas d'eau et l'électricité doit arriver à 18H00 ce qui fut le cas, par contre l'eau n'est jamais venue et j'ai fait le plein à partir d'un fût.

 

Point GPS de l'hôtel La Réserve N09°34.860' W005°12.308'

 

L'eau de la douche dans la case mobile doit tourner autour des 45°C et ne nous rafraichit guère mais c'est mieux que zéro degré .

 

Pour le repas comme l'électricité est coupée 12 heures par jour, et ce dans toute la Cote d'Ivoire, et tous les jours depuis un mois, il a donné congé à son cuisinier et propose d'aller nous chercher le repas au resto pas loin. Nous avions commandé du poisson, celui de Solange est délicieux, à ma première bouchée je recrache tout car le mien à du venir à pied, notre hôtelier repart en scooter m'en rechercher un, il ramène un poulet bicyclette en me disant sans électricité c'est difficile de conserver du poisson, oui j'ai gouté et le poulet est ce que ça se conserve bien ?

 

Il nous présente à un copain qui peut nous servir de guide à Kong ainsi qu'au  sous-préfet de Kong.

 

7097 Km ▼  25  février 2010 Parc de la Comoé Ө matin 26°C Ө jour 39.5°C

Nous quittons  Ferkessedougou (Féké)  pour prendre la piste de Kafolo (Parc de la Comoé), tout commence très bien par une large route en latérite (Gravel road) puis elle se dégrade au fur et à mesure, la carte Michelin l'indique très bien c'est une piste améliorée, pas technique nous n'avons jamais fait de trial ni utilisé les blocages de pont, c'est une piste avec des trous et des bosses quand il y a des gros trous et des grosses bosses c'est pénible, et quand les deux s'ajoutent c'est chiant. Mais nous avons beaucoup aimé cette piste ♥♥♥, les villages traversés sont traditionnels, nous sommes dans l'authentique, les gens sont gentils, nous nous sentons en sécurité, mais les locaux ne semble pas toujours rassurés alors nous les saluons en Malinké."ANNIKE"

 

 

   

 

Piste de Kafolo

Parc de la Comoé

 

 

 

 

 

Les rebelles aux barrages de contrôle ne réclament pas d'argent, car nous leur annonçons que nous allons visiter Kong avec le sous-préfet qui arrive derrière nous, mais ils demandent si nous avons quelque chose pour eux, deux fois nous avons donné à manger à des rebelles perdus dans la brousse et complètement affamés.

 

A midi nous avons fait 70 Km en quatre heures, là je vous la fais comme dans le film camping "Salut René 7H22 depuis Auxerre .......Salut Riton 7H22 depuis Auxerre ......."

 

Nous ne voyons aucun animal, à part le bétail et un chat de brousse qui traverse la piste.

 

A  30 Km de Kafolo la piste devient meilleure, elle est sablonneuse donc moelleuse ce qui repose les amortisseurs et le chauffeur, il y a deux petits ponts dont la latérite est ruinée entre les deux, mais cassé de chaque coté donc pas de dévers, il n'y a qu'une trajectoire possible et il ne faut pas la rater.

 

Arrivé à Kafolo nous allons au Kafolo Safari Lodge mais nous ne pouvons pas rentrer car le portique est trop bas, nous bivouaquons devant l'hôtel et à coté du gardien, sur le parking ... des avions ! Car les clients viennent ici depuis Abidjan sur des bimoteurs.

L'endroit est situé sur le chemin du fleuve et nous voyons passer les femmes avec les bassines d'eau sur la tête. Même les petites filles sont de corvées et les bassines sont plus grandes qu'elles, pourtant elles ont l'équilibre assuré.

 

◄ Corvée d'eau à Kafolo

 

En échange du parking, nous dinons à l'hôtel, c'est très bon et très copieux, attention tout de même à l'eau gazeuse et la bière, sans bulle car de 2008 ! Joli parc avec un petit zoo sympa, la piscine est belle mais occupée par les canards, nous leur laissons la place. Nous réservons pour demain une sortie safari avec piquenique, le prix est très correct il nous surprend même il faut dire qu'ils n'ont pas vus de client depuis huit jours, nous ne nous attendons pas à grand chose, comme disent les africains il faut de la chance.

 

 

 

 

   

Solange avec les singes

 

 
 

 

 

 

 

Point GPS du Kafolo Safari Lodge N09°35.248' W004°18.727'

 

Le 26 février 2010 - Parc de la Comoé

Départ à 7H00 pour un retour à 18H00, nous partons en safari dans le parc avec le chef du village qui conduit le Nissan Patrol zébré du Kafolo Safari Lodge, Il y a en plus de nous deux un guetteur, Annick notre hôtesse et le chauffeur, chef du village quartier musulman,  qui n'a qu'un œil et l'autre en verre tout blanc est impressionnant sur une peau noire, ce qui fait quatre paires d'yeux et un œil pour observer la faune.

 

Les  pistes sont très bonnes et à part la descente et la montée du passage du gué on pourrait les faire en Kangoo. Nous voyons un gros groupe de mangoustes, un gros calao et des bubales. A midi ils nous ont préparé un repas près du fleuve, un pick up est là avec trois personnes, le cuisinier de l'hôtel fait tout sur place avec du frais c'est aussi bon qu'au restaurant de l'hôtel. Ils ont aussi préparé un bar avec cacahuètes et frites d'Igname, une table avec nappe et une natte pour faire la sieste et trois feux autour de nous pour éloigner les insectes.

 

Crudités en entrée, brochettes de capitaine avec pommes sautées d'igname, alocos, purée d'oignons tomate, et comme dessert crêpes avec de la papaye fraîche, c'est vraiment extra !

  

L'après midi notre chauffeur fait du hors piste et cela change complètement l'aspect du parc, nous ne sommes plus sur des pistes balisées évidemment nous sommes secoués. Nous passons dans des sous bois, entre des rochers, sur des crêtes au bord du fleuve, nous voyons plusieurs fois des singes et des  cobes de buffon.

 

Cette ballade ♥♥♥ restera pour nous mémorable, l'organisation de Kafolo Safari Lodge y est pour beaucoup, nous pensons que faite seuls, la visite aurait été banale. Nous leur imprimons quelques photos et ils sont très heureux.

 

Nous apprenons par la TV que le nouveau gouvernement est formé et que le premier conseil des ministres a eu lieu aujourd'hui, ils font des appels au calme et à l'arrêt des manifestations.

 

Nous discutons dans la soirée avec Annick et lui expliquons comment s'est passé la prise de visa à Bamako, le comportement du fonctionnaire, le prix, elle nous dit que pour eux c'est pareil, pour venir de Féké à Kafolo le taxi brousse met 2 jours et à chaque barrage ils font descendre tout le monde jusqu'à ce qu'ils paient, c'est très fatiguant pour les anciens. Les barrages font payer les bergers 500 FCFA par tête, comme ils ne peuvent pas payer ils font de grands détours. Nous apprenons que officiellement il n'y a plus de barrage, ils ont été levés quand les rebelles sont rentrés au gouvernement, bon d'accord mais nous ne nous voyons pas dire au prochain barrage que c'est illégal, les gars ont quand même des kalachnikov.

 

7293 Km ▼  27  février 2010 Niakaramandougou  Ө matin 27°C Ө jour 39.8°C

C'est la deuxième nuit que nous n'utilisons pas la moustiquaire tropicale, nous respirons mieux car les nuits sont très chaudes.

 

Ce matin c'est le départ vers Kong, nous faisons le plein d'eau pendant que Solange fait visiter la case mobile à Annick.

 

Nous retournons sur nos pas jusqu'à l'embranchement de la piste de Kong en passant par les deux petits ponts dont la latérite est ruinée entre les deux, et à partir de l'embranchement c'est du trial jusqu'à Kong, nous utiliserons quatre fois le blocage de pont, lors de la pause café un cycliste fait demi tour pour nous dire que les deux ponts qui suivent sont cassés et qu'il faut descendre dans le "trou", nous sommes au courant, c'était hard. Dans certains coins les gens ne sont pas très rassurés de nous voir, nous les saluons, deux petits bergers s'enfuient, nous voyons deux femmes seins nus, c'est rare. En dehors des zones trialisantes il y a de nombreux passages très sablonneux, ca repose.

 

A Kong nous faisons un petit tour rapide avec photos des mosquées et prenons la piste de N'Golodougou, c'est une bonne piste qui est en cours de rénovation, il y a donc de nombreux contournements ou des passages sur les tubes en cours de remblaiement. Au passage d'un barrage il y a problème bien entendu, nous n'avons pas d'ordre de mission, nous ne nous sommes pas fait enregistré à Kong ???

 

Coup de fil au commandant, il faut faire demi tour, nous argumentons en disant que nous n'avons pas assez de gazole et ne voulons pas rouler de nuit, nous leur donnons une fiche et Solange demande à parler au commandant qui se la pète, nous ne savions pas qu'il fallait s'enregistrer ......... nous nous excusons ........... la prochaine fois nous le ferons, quinze minutes et on repart. Je vous raconte celle là car les autres barrages c'est toujours le même harcèlement.

 

La piste est moins authentique que celle de Féké mais ça roule bien elle se termine d'ailleurs en route en latérite.

 

Goudron / entrée piste N'Golodougou - Kong N09°08.012' W005°09.859'

 

Nous prenons le goudron en zigzagant à cause des nids d'autruche, puis ensuite en zigzagant à cause des branchages indiquant que la DDE locale a rebouché les nids d'autruche au béton.

 

La végétation a changé depuis Kong, c'est très vert et il y a de l'herbe verte.

 

Arrivé à Niakaramandougou (Niaka) nous allons bivouaquer à l'hôtel maquis de la vallée de Niakara tenu par un luxembourgeois (qui mérite d'être connu)  installé ici depuis dix sept ans, Nous sommes sur le parking devant l'hôtel qui est gardé, ici non plus pas d'eau, et l'électricité tous les deux jours.

 

Pour le restaurant ils nous proposent du poulet, je leur dis que je ne suis pas trop "poulet bicyclette" le patron dit au chef "il faut leur faire un poulet chaire" ????? chaire ou cher ? C'est un éleveur de poulet, sa ferme est en contre bas au frais !

 

Point GPS de l'hôtel maquis vallée de Niakara à Niakaramandougou (Niaka) N08°39.556' W005°17.132'

 

Petite discussion avec le patron de l'hôtel sur le folklore du pays, il nous annonce qu'il y a encore six barrages jusqu'à Bouaké ...... seulement !

 

 

7532 Km ▼  28  février 2010 Ө matin 25°C Ө jour 35°C

Nous prenons la route vers Yamoussoukro étonnamment "fraîche" 29-30°C et nous roulons sans clim. Les barrages sont toujours aussi folkloriques mais sans harcèlement, nous donnerons une bouteille d'eau à des assoiffés. A Tiébissou nous nous faisons refouler à un barrage, il faut aller chercher un laisser passer à la douane, ils réclament 50'000 FCFA mais n'ont pas de facture comme de toute façon il faut aller chercher la vignette à Yamoussoukro  nous payerons là bas.

 

 

 

Basilique de Yamoussoukro (La plus grande basilique du monde) ♥♥♥

Nous sommes venus pour la voir et cela vaut le voyage, elle est vraiment magnifique, les matériaux de construction sont de qualité et les techniques employées sont très intéressantes, notre guide est cultivé et sa prestation est irréprochable. Lors de la présentation d'une statue de la vierge Marie qui salue de la main droite (l'original à Rome, elle salue de la main gauche tenant Jésus à droite) j'apprends qu'en Afrique noire on salue toujours de la main droite, avec la main gauche ce n'est pas poli. Désolé, toutes mes excuses à tous ceux que j'ai salué de la main gauche en tenant le volant de la main droite.

 

 

A ne pas  manquer le système de climatisation sur le haut des prie Dieu cela donne envie de faire une prière, mais aujourd'hui il n'est pas en service, dommage, la prière attendra.

 

Il y a un vitrail où le président Félix Houphouët-Boigny est représenté rentrant à Jérusalem avec Jésus !

 

Cette basilique a été entièrement financée avec les fonds privés de Félix Houphouët-Boigny, inaugurée en 1991 par Jean Paul II . Puis Félix Houphouët-Boigny l'a donnée au Vatican.

 

Elle doit être une grande fierté pour les Ivoiriens, mais sans vouloir jouer les rabat joie, ce serait préférable  que tous les habitants aient de l'eau.

 

On peut se poser  la question de savoir d'où est venu l'argent et imaginer l'égo démesuré du président pour faire réaliser un tel projet, mais je ne vais pas critiquer car je suis d'un pays où il y a le centre Pompidou, la bibliothèque Mitterrand, et bientôt le musée Chirac.

 

Point GPS de la  Basilique de Yamoussoukro NN06°48.853' W005°17.367' mais elle est visible de partout.


 

Puis nous allons à la douane pour faire marquer sur le laisser passer que comme nous retournons sur nos pas et qu'ils n'ont pas de  vignette touristique inférieure à deux mois,  nous n'avons pas à payer  et nous économisons 50'000 FCFA, mais Solange a du palabrer un bon moment.

 

Point GPS de  la douane de Yamoussoukro N06°48.227' W005°15.068' (en face de l'hôtel Président )

 

Puis nous allons au bar de l'hôtel Président, la clim fait du bien, puis repas barbecue sympa au bord de la piscine (15€ pour 2)  et cybercafé où nous publions une partie du site car il y a pas mal de vidéos. Il fallait que l'on publie car on s'inquiète dans les chaumières, merci Dieter.

 

Bivouac sur l'énorme parking de l'hôtel Président, il y a des gardiens avec chiens.

 

Point GPS  de l'hôtel Président  à Yamoussoukro N06°48.227' W005°15.068'

 

7921 Km ▼  1  mars 2010 Ouangolodougou Ө matin 26°C Ө jour 40°C

 

Pour le piquenique nous prenons une piste à droite, un cycliste s'arrête pour me saluer en se touchant les bras, je lui serre la main et il me fait comprendre dans sa langue qu'il me salue et s'en va, plus tard une femme et une fillette avec leurs bassines sur la tête sont visiblement apeurées, lorsqu'elles passent devant moi je leur dit bonjour en Bambara, elles comprennent  et me font un grand sourire de leurs dents blanches, la femme me demande en faisant signe si elle peut prendre les bouteilles vides ( qu'ils appellent bidons) que nous laissons toujours pour les locaux car c'est leur "Tupperware" pour qu'il y mettent en autre la farine de manioc, comme il y a cinq bouteilles je lui met dans un sac plastique. Elle est heureuse.

 

Nous prenons la direction de Bouaké afin de suivre notre stratégie d'éviter les pistes par Man ou Odienné. Sur la route un mini bus est en panne Solange voit qu'ils  sont exténués et demandent à boire, moi je ne vois rien car je cherche à contourner les nids de poule, nous nous arrêtons et nous leur donnons de l'eau, des bananes et un ananas.

 

Arrivés en zone rebelle les passages sont cool, des fois on rigole, puis plus on monte vers le nord ça se corse, je ne vais pas refaire la même litanie qu'à la descente, juste deux anecdotes, à un contrôle un peu hard alors que  je règle le péage, Solange se débat avec les harcèlements habituels quand un gars nous demande d'aller voir le  chef de poste, nous lui demandons deux fois où se trouve le poste car d'habitude nous les voyons sous leur paillote, ici ça ressemble à un poulailler ruiné et on ne les voit pas donc nous ne serons pas visible, nous refusons d'obtempérer, comme chacun reste sur sa position, je mets le frein à main, coupe le moteur et déclenche les feux à éclats avant et arrière, je suis devant la barrière mais la circulation passe, une minute après la herse est poussée et ils nous font signe de passer. A un autre barrage ils nous cherchent des poux et veulent contrôler la cellule, même scénario et gênés ils nous laissent passer, tient j'ai peut être trouvé un truc.

 

Nous nous arrêtons pour bivouaquer à l'hôtel de la paix à  Ouangolodougou, il nous invite a visiter le night club à coté, ça doit être un cousin, bof une boite de nuit quoi, c'est pas notre truc.

 

Point GPS de  l'hôtel de la paix à  Ouangolodougou N09°57.888' W005°08.742'

 

L'électricité doit arriver vers 18H00 et l'eau 2H après, ce fut le cas mais le débit est très faible, mais il y a de l'eau !

 

Le gérant de l'hôtel est Sénoufo, je lui dit que j'ai lu un article hier sur eux car un de leur leader qui veut rétablir leurs identité, comme il me demande quel journal je lui dis " Le temps", c'est le journal du président ! Je comprends maintenant l'article épouvantable sur Sarkozy.

 

Nous prenons une chambre avec la climatisation, il y a une douche mais pas d'eau, ils nous ont mis un seau mais sans écuelle, je ne prends pas de photo de la chambre je ne veux pas faire honte à ma famille.

 

8334 Km ▼  2 mars  2010 Ө matin 26°C Ө jour 40°C

Nous remontons vers Pogo pour rejoindre le Mali à l'avant dernier barrage ils demandent 10'000FCFA pourquoi pas ! Le garde barrière nous reconnait, il ne demande rien mais il est tellement sympa que Solange lui donne deux sifflets jaune fluo, nous avions expérimenté ça à un poste ça sifflait de tous les cotés, Solange en a trouvé au marché, donc si vous passez par là, vous saurez que les cons qui ont donné des sifflets aux rebelles excités c'est nous ! 

 

Au dernier poste nous retrouvons le chef "Mc Gyver", cette fois ci c'est un béret rouge qui joue le méchant, nous discutons avec "Mc Gyver" et comme cette fois il ne demande rien et est  sympa, nous lui offrons un couteau chinois. Nous espérons que cela le fera réfléchir sur le comportement à tenir. Nous n'avons payé aucun barrage en Côte d'Ivoire.

 

Nos remarques

Nous avons aimé ce pays et ne regrettons pas ce voyage.

 

La population est vraiment sympa que ce  soit en ville, dans les villages ou en brousse. Les enfants sont corrects nous n'avons eu aucun problème.

 

Les dirigeants sont épouvantables, imbus de leur personne, de leur titre et le font remarquer.

 

Les barrages des rebelles furent particulièrement pénibles, nous avons choisi de ne pas payer les bakchichs, ne croyez pas  que se soit le plus difficile, si l'on a l'argent facile il faudra payer à chaque barrage les gendarmes, les militaires, les douaniers, qui est qui ? On ne les identifient pas, et puis il y a le garde barrière qui demandera 1500 FCFA pour lever la barrière !!! A chaque barrage, à chaque entrée et sortie de village et des villes, et sur la route.

 

Nous nous sommes sentis en sécurité, Avec les rebelles nous jouons quand même profil bas ils ne faut pas oublier qu'ils ont des kalachnikov, ils ne doivent pas se sentir humiliés comme le cas où un chef pour garder sa dignité vis à vis de ses hommes a fait semblant de téléphoner au commandant de région.

 

  

Fiche Côte d'Ivoire

 

 

       

Au bord du Niger à Bamako

 

 

RETOUR MALI     Album photos du Mali      Fiche Mali


Retour de Côte d'Ivoire

 

8334 Km ▼  2 mars 2010 Bougouni  Ө matin 26°C Ө jour 23 - 39°C

Nous revenons de Côte D'Ivoire  via Pogo - Sikasso.  La route Sikasso - Bougouni est un patchwork de goudron nids d'autruches, route en latérite à coté de la nouvelle route en construction, magnifique route neuve de  20 km et de nouveau goudron nids d'autruches. Après Sikasso nous trouvons un ciel couvert qui sera suivi de la pluie, le gardien de l'hôtel nous avait lavé la case mobile ce matin, dommage.

A Bougouni visitons trois hôtels, c'est épouvantable comme la ville, seul le stade est beau avec une belle pelouse verte, nous allons bivouaquer près des antennes GSM et TV à coté de la gendarmerie, le gardien est très sympa.

 

Point GPS de notre bivouac à Bougouni ( gendarmerie) N11°24.961' W007°29.544'

 

8547 Km ▼  3 mars 2010 Ө matin 29°C Ө jour 40.2°C

Nous nous dirigeons vers la Guinée par le goudron qui est très bon suivi par une route en latérite de bonne qualité, quelle bonheur de rouler droit.

 

Faire le plein de réservoirs de gazole à Yanfolila ! Car après il n'y a plus rien.

 

Arrivés à la douane de Badogo nous trouvons celle-ci fermée, un bus est là et nous demandons à quelqu'un la route pour la Guinée car le panneau qui est juste ici indique la guinée à droite par un chemin qui va au village, Il nous dit qu'il faut sortir du village et tourner à droite. Nous ne trouvons rien, nous demandons deux fois notre chemin qui est confirmé comme bon, puis au bout de 10 Km nous faisons demi tour, retour à Badogo et nous nous arrêtons à la maison juste avant la douane qui est toujours fermée, les gens nous désigne un type mal fagoté allongé sur un lit en terrasse, c'est le douanier !

 

Il nous prend le laissez passer, et nous dit que le panneau devant n'est plus bon la piste est cassée il faut repartir et tourner à 5 Km, A 5.9 Km il y a une piste d'entrée de village et nous avons confirmation que c'est la bonne direction. Et là c'est de la vraie piste, nous utilisons les courtes plusieurs fois, nous sommes dans l'authentique dans les villages traversés, beaucoup de manguiers pleins de fruits, la cellule fait la largeur de la piste.

 

Nous ne sommes pas trop sûr de notre direction car la navigation satellite nous donne éloignés de la piste (Russe) et cap vers le sud, mais lors du piquenique nous entendons un bruit de moteur qui est long a arriver car il roule à 5 km/h comme nous, c'est le camion brousse que l'on a vu dans un village, c'est bon nous pouvons suivre cette piste. Il n'y a que 10 km pour arriver à la douane de Guinée mais ils furent longs et sportifs, une préparation pour la Guinée en quelque sorte.

 

Suivre la suite en Guinée (république)

 

Mali

   

 

 

 

     

     

     

       

 

 

 

Guinée (République)    Album photos de la Guinée      Fiche Guinée


Monnaie  Franc Guinéen  1€ = 7800 FG

Gazole   6500 FG  (0.833€)

 

8547 Km ▼  3 mars 2010 Ө matin 29°C Ө jour 40.2°C

Arrivés en douane de Nantanina depuis le Mali via Badogo, nous nous "tapons" les militaires, les gendarmes et les douaniers qui tous essaient de nous taper sans succès.

 

Point GPS de la douane de NIANTANINA N10°57.674' W008°20.263'

 

 

   

Arrivée à Niantanina

 

 

 
 

 

 

Nous en profitons pour vérifier la route, ils nous indiquent deux possibilités, passage de la rivière par les pirogues ou le bac pour camion, sans hésitation c'est le bac.

 

Et c'est la piste comme nous l'attendions, nous le savons il n'y a pas de route en Guinée à part la montée du Fouta, Ici c'est le tout terrain complet, courte, blocage de pont, bac à sable, trial, piste pas assez large où nous faisons notre propre variante, mauvais choix de piste ( on passe à droite ou à gauche ?  ) et il faut reculer sur 150m.

 

Arrivés à une jonction de plusieurs pistes nous descendons au village pour nous renseigner, ce sont des chercheurs d'or. Les femmes et enfants sont sympas mais il y a des types avec des gueules patibulaires qui s'approchent de plus en plus, nous ne nous attardons pas. Il y a un dépôt de motos chinoises impressionnant, le gardien du bivouac au Mali nous avait dit qu'ils achetaient les motos en Guinée car elles sont moins chères.

   

 

   

Bout de piste de Mandiana

 

 
 

 

 

 

Dans le rétroviseur je vois un 78 (Toyota) blanc, tiens nous n'avons pas vu de baroudeurs depuis Bamako, En se rapprochant je distingue une antenne CODAN, est ce l'ONU ? Non c'est la Croix Rouge ils sont immatriculés à Genève, ils nous demandent si nous sommes Suisses car ils ont vu notre logo à l'arrière, non c'est la croix de Savoie ! Petite discussion, rigolade et info sur la distance pour rejoindre le bac.

 

Jolis villages, enfants qui pataugent dans une eau saumâtre, c'est une jolie piste.

 

Nous arrivons au bac de Tirino en passant par un village où il y a des femmes seins nus, très rare maintenant. Nous nous trompons de rade et arrivons aux pirogues où nous retrouvons le 78 de la Croix Rouge, le bac est 300 m plus haut sur la même rive, mais il ne fonctionne pas car il n'y a pas assez d'eau ! Il faut donc que nous prenions les pirogues, Je dois monter Le camper  sur deux pirogues attachées ensemble! Solange est verte et moi pas rassuré, mon inquiétude c'est d'aller trop loin sur la pirogue lors de ma mise en place.

 

Nous regardons comment le 78 procède et au retour, ils discutent sur le poids, 4T5 ? Ils font appel à quelqu'un, c'est bon jusqu'à 5T, nous voyant pas très convaincus un autre dit 5T5 ??? C'est l'Afrique les informations sont approximatives !

 

Nous hésitons mais nous n'avons aucun autre moyen pour traverser le fleuve.  Le prix est très correct comme les gars, 30'000 FG.

 

Je me mets en première courte, je suis bien guidé mais sur les pirogues cette vitesse donne des à coups et cela fait effet trampoline, en quatrième courte cela va mieux, mais ils me font avancer, avancer, j'ai un pied sur l'embrayage, l'autre sur le frein, la main droite tient le volant et la gauche le frein à main, c'est bon je suis placé, mais ils  reviennent et me font encore avancer en tournant les roues, il faut leur faire confiance....il faut leur faire confiance....

  

La traversé à la pagaie fut très douce sans aucun à-coup, les pirogues s'enfoncent un peu trop mais ça flotte! Solange me dira après la traversée qu'une planche pliait alors ils m'ont fait mettre sur deux planches, traversée calme mais je reste au volant le pied sur le frein.  Je demande à Solange de faire une vidéo de la descente des pirogues pour les assurances, ils comprennent, ils sont morts de rire. La descente est cool, un peu trop lente pour eux, j'ai gardé les courtes. Ce fut des chaleureuses poignées de mains et des "ANIKé" ( en Malinké) pour les remerciements.

 

 

 

 

 

   

 

Descente du camper des pirogues

 

 
 

 

 

Arrivés à Mandiana nouveau contrôle de gendarmerie il faut aller ensuite voir le chef dans le village; Il  n'est pas là, il faut attendre et la nuit tombe. Je profite de l'attente pour questionner le gendarme notamment sur leur WC, car il n'y a jamais d'odeur désagréable au contraire les feux de bois sentent bons, ils ont un système de fosse septique comme chez nous qu'ils entretiennent avec des produits naturels pour ceux qui n'ont pas les moyens, ou chimiques, ou des piles usagées ! Il nous dit qu'ils ne voient jamais de blancs ici.

 

Le contrôle est effectué à la lampe torche quand le chef arrive, corrects ils ne demandent rien, heureusement que j'avais localisé le coin bivouac de jour. La population est gentille et polie. Courses de nuit au marché, folklo et succès assuré.

 

Point GPS de notre bivouac à Mandiana (gendarmerie - caserne) N10°37.936' W008°41.610'

 

Le gendarme dort dans le hamac à coté de nous, la surveillance est assurée. Depuis notre arrivée en Afrique de l'ouest nous transpirons, mais ici c'est terrible, nous avons l'impression

que ce que nous buvons passe immédiatement en transpiration, nous sommes en nage.

 

Il y a une station de carburant au centre du village.

 

8646 Km ▼  4 mars 2010 KanKan Ө matin 25°C Ө jour 37.5°C

Nuit tranquille dans la brousse, nous offrons le café au lait au gendarme, nous sommes intimes maintenant puisque nous avons dormi ensemble.

  

Nous prenons la piste de Kankan, bonne piste avec des zones de ralentissement comme sur toute piste, une seule difficulté technique, un camion en panne au mauvais endroit, il faudrait que je roule à ras de lui mais le dévers n'est pas bon, alors il faut longer les arbres et rayer la cellule, les routiers poussent les branches, nous leur offrons une bouteille d'eau.

 

Cette piste est facile mais monotone, nous ne lui trouvons pas le charme de celle d'hier.  

  

Arrivée sympathique à la douane de KanKan, mais ils font  leur numéro, carnet de passage en douane, carnet touristique !!!! Comme toujours c'est le gentil qui nous prend en charge.

 

KanKan correspond à ce que je pensais un mélange de traditionnel et "moderne". Solange a envie d'aller au restaurant elle choisit le meilleur restaurant de la deuxième ville du pays indiqué par le petit futé qui  le situe sur le plan au centre ville, ne trouvant pas nous demandons à une moto de nous amener, il sort de ville et prend une piste, ça sent l'arnaque, près à faire demi-tour il nous dit que c'est derrière la colline ??? Exact, le restaurant s'annonce lui même l'excellence, pas terrible mais si c'est bon, nous nous installons sous une paillote où il y a des tables en bois et des chaises, nous commandons.

 

Le repas s'annonce, il apporte une table plastique ronde d'une saleté repoussante, tient il va faire de la mécanique ! Non elle est pour nous, bon il va mettre une nappe, et non il nous sert dessus, une boite de conserve pour se laver les mains et un broc d'eau qui doit être pour boire, et quel allure le broc, sans verres évidement, les assiettes arrivent, l'odeur ne me plait pas, j'adopte la stratégie aéronautique, chaque pilote mange un plat différent, moi je ne touche pas à mon assiette, si l'un de nous est malade il faut que j'assume, décidément nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde avec le petit futé, nous allons préférer les infos de Lonely Planet.

 

Nous nous installons sur le parking de la mission catholique pour le bivouac et partons visiter la ville pour voir la mosquée, les sculpteurs. C'est très pauvre. Il y a une quantité de vendeurs de motos impressionnant et la plupart de celles qui roulent sont protégées par du plastique à bulle, pour la revente ??

 

Point GPS de notre bivouac sur le parking de la mission catholique de Kankan N10°22.291' W009°17.998'

 

NOUS SOMMES MILLIONNAIRES, nous avons fait le change dans une boutique indiquée par la banque, 200€ soit 1'560'000 FG.

 

L'électricité arrive à 19H30 à la mission catholique pas par le réseau mais avec le groupe de l'hôtel, la ville n'est pas alimentée aujourd'hui, nous prenons une chambre pour avoir l'électricité ( jusqu'à 23H00) et de l'eau pour le camper, normalement à 80'000 FG il me la fait à 60'000FG puisque nous dormons dans le camper L'électricité va faire du bien pour la recharge des diverses batteries, mais pour la clim le courant est très très sinusoïdale !

 

Pour l'eau c'est un bonheur notre gendarme nous avait dit qu'il fallait prendre l'eau dans un marigot, nous n'y tenons pas spécialement, ou alors juste avant de  mourir de soif, les pompes qui sont à pied ici sont toujours très peuplées avec pleins de bidons, le débit à l'a mission est bon heureusement car j'ai 180 litres à remplir.

 

Solange entend une manifestation passer vers 01h30 dans la nuit et n'est pas très rassurée car les portes du parking sont restées ouvertes, moi je dors comme un loir.

 

8904Km ▼  5 mars 2010 Ө matin 26°C Ө jour 39°C

Petites courses en ville, puis nous prenons une magnifique route goudronnée vers Kouroussa, nous l'effectuons au cruise control c'est dire !

 

Nous croisons énormément de camions citernes de carburant en bon état, où vont ils ?

 

Puis après Kouroussa jusqu'à Dabola la route est ruinée, très fatigante, nous nous arrêtons épuisés à l'hôtel Tinkisso car nous ne pouvons rentrer dans l'autre à cause du portique.

 

Point GPS de l'hôtel Tinkisso à Dabola  N10°44.173' W011°06.617'

 

L'hôtel est bien notamment la salle à manger, notre chambre spartiate ( 60'000 FG ) possède la climatisation qui va fonctionner toute la nuit, de 19H30 à 21H00 avec le réseau et ensuite le groupe jusqu'à 6H00, Lonely Planet nous a fourni des infos exactes, nous l'occupons et prenons une douche à flot ininterrompu.

 

Repos et lecture cela fait du bien puis le bon restaurant avec poulet Yassa et poulet curry.

 

9097Km ▼  5 mars 2010 Dalaba Ө matin 26°C Ө jour 39°C et 33°C sur le Fouta ▲ 1235m

Nous prenons la route très bien reposés, la nuit fut très bonne jusqu'à 6H00, heure où la clim est coupée. Le goudron est ruiné mais avec une fréquence moins régulière qu'hier et puis elle ne sera pas très longue, le paysage change nous attaquons de la petite montagne ♥♥, comme tout bon savoyard, elle nous manquait comme le sifflet pour un gendarme ( je suppose ).

 

Sur la route dans une courbe il y a des branchages ce qui indique en Afrique qu'il y a un accident ou un problème, et oui c'est un pont cassé, deux gars nous aident à la manœuvre, c'est sympa, ils demandent 1000 FG nous leur donnons 2000 FG ( 0.25€ ) pour service rendu, réflexion faite nous n'avons pas été très généreux, nous sommes encore restés au francs CFA.

 

A la pause café un taxi s'arrête. La plupart nous salue, mais ici en Guinée ils sont très discrets et réservés, Solange questionne deux gars car elle se fait du souci pour la descente du Fouta vers le Sénégal, nos copains d'Africacy ont galérés sur cette piste il y a quelques années.

 

Nous mettons 4 heures 15 pour arriver à Mamou (145 Km ) avec le pique-nique et la pause café et en se baladant, Lonely Planet annonçait 5H00 en taxi. Ici on dit "Assoma" pour dire bonjour.

 

Pendant le pique-nique une femme me voit et fait demi tour avec ses deux enfants apparemment apeurée, elle repasse par la suite quand je suis rentré dans la cellule, Nous lui faisons signe de la main et elle nous répond. Par la suite nous voyons plusieurs femmes, certaines répondent d'un geste de la main, d'autres simplement d'un sourire et d'un hochement de tête qui n'est pas facile avec une bassine sur la tête.

 

Un motard nous double il fait des signes bizarres que nous ne comprenons pas, il tape sur sa visière puis sur le casque, lève le pouce puis fait un V avec ses doigts, et fait signe de s'arrêter ???? Nous le dépassons mais il revient et cette fois s'arrête devant nous, nous lui demandons ce qu'il veut mais nous ne comprenons pas alors nous partons en lui disant au revoir, nous avons cru comprendre que peut être il avait besoin d'aide car il serait recherché à cause des événements du 28 ?????????

 

Depuis Mamou la montée sur le Fouta est facile, c'est une route goudronnée de petite montagne sans ravin, très arborée; les habitations sur le Fouta possèdent des tôles ondulées et c'est moins charmant.

 

Nous arrivons tôt à l'hôtel du Mont Fouta à Dalaba dont l'accès n'est pas facile car la route est en construction, même dans le parc de l'hôtel il faut un tout terrain. Le site est bien venté, il fait 33°C, la chambre est à 100'000 FG* sans clim il paraît que les nuits sont à 15°C, nous diront que c'est un "Palace local" qui a été construit en 1930 du temps de la coloniale. Il y a Internet en ville, mais comme il n'y a pas d'électricité .....

 

Point GPS de l'hôtel du Mont Fouta à Dalaba N10°41.271' W012°15.899'

 

* L'annonce des prix est peut être fastidieuse mais cela nous sert si nous revenons l'année suivante ou pour les baroudeurs. Mais attention car par exemple à Kankan les prix des chambres ont été multipliés par quatre en quatre ans.

 

Nous avons l'explication du pouce levé c'est comme chez nous super et les doigts en V c'est bienvenue.

 

Ma chère et tendre a le moral en baisse, elle s'était fait un scénario sur cette ville quelle imaginait comme vichy, en plus elle lit un livre déprimant. Alors je décide de lui faire une petite soirée au restaurant le bouchon Lyonnais que j'ai vu à 800 mètres avant notre hôtel.

 

Le restaurant est sympathique et le couple quI le tient aussi, lui est lyonnais ce qui est logique et sa femme Congolaise, ils possèdent aussi quatre chambres d'hôte.

 

Il est installé à une table avec un local, ce qui nous permet d'avoir des informations sur la descente du Fouta, mais c'est radio tam tam, la route n'est pas bonne, elle est en construction, 10 Km sont goudronnés.

 

Nous l'interrogeons sur l'attitude des locaux qui se comportent comme ceux qui ont subit le communisme, il nous dit qu'ici, il y a toujours des assassinats entre familles et clans quand une réflexion ne plait pas, alors ils ont pris l'habitude de faire profil bas.

 

Quelques détails de la vie en Guinée comme l'achat d'un frigo à Conakry qui ne marchait pas car le secteur donnait du 80v, ici il a 160v par le secteur et 220v par son groupe et le frigo fonctionne.

 

Il nous explique les événements du 28 septembre 2009, Une manifestation a lieu dans un stade à Conakry l'armée tue 147 personnes et violent les femmes ( c'est la coutume du pays et le bonus des militaires), les Nations Unis enquêtent, vont voir le président qui n'est au courant de rien et leur demandent de voir le chef des armées, celui est condamné pour crime contre l'humanité, il dit qu'il a obéit aux ordres, va voir le président et lui dit "tu veux que ce soit moi qui prenne" et le flingue, Le président n'est pas mort mais c'est devenu un légume, un général deux étoiles à pris le relais en attendant les prochaines élections, ça promet !

 

La nuit arrivant il va mettre en route le groupe électrogène qui ne fonctionne pas, l'électricien lui a placé un commutateur chinois donc discussion sur le matériel chinois et  ce qu'il trouve ici, comme les parafoudres achetés en France qui coutent beaucoup moins chers à Conakry mais quand il les ouvre, il n'y a pas de circuit dedans, le courant passe directement.

 

Nous commençons à manger à la lampe à LED en attendant l'électricien qui ne tardera pas, il a l'habitude il vient quatre fois par mois, il n'a même pas un multimètre.

 

Puis il nous explique la corruption du pays, les vols courant, l'impunité des "officiels", comment ils viennent manger à l'hôtel du Fouta et partent sans payer, celui qui s'est fait tué car il "perdait" 30% de son carburant et comme il a durcit les procédures et qu'il empêchait de "prendre", ils l'ont flingué, etc... Pour finir il nous raconte comment en 2007 son restaurant s'est fait attaquer, heureusement qu'il n'avait pas son arme car il en aurait tués deux ou trois avant de finir en morceau.

 

Le repas fut bon, mais nous partons de là le moral dans les chaussettes et nous devons faire les 800m pour retourner à l'hôtel dans le noir absolu  pas rassurés. Moi qui comptait remonter le moral de Solange.....ce fut raté.

 

Arrivés à l'hôtel il y a l'électricité donné par un petit groupe, nous regardons rapidement la TV, le journal d'Africa 24 puis nous allons à la chambre, mais il n'y a de la lumière que dans les toilettes ! C'est normal c'est comme çà, mais nous lui disons que pour nous il n'y aucun intérêt de prendre une chambre si nous ne pouvons pas lire, il nous trouvera une multiprise pour brancher une lampe de table, enfin à l'africaine nous avons eu le temps de revoir un cycle d'infos d'Africa 24.

 

Km 9353▼  7 mars 2010 Ө matin 27°C Ө jour 39°C

Nous ne restons pas à Dalaba car à part le climat il n'y a rien qui nous intéresse, nous partons vers le Sénégal par la route de Labbe qui est goudronnée et peu cassée, de toute façon nous nous baladons, nous faisons le plein de gazole ici, il y a deux stations "typiques" sur les plateaux mais pas toujours approvisionnées, le pompiste est sympa et nous le questionnons sur la route à venir, "avec ça ( notre engin ) pas de problème, route en construction, 10 Km goudronnés".

 

Nous attaquons cette route en latérite en roulant à coté de la nouvelle route sur laquelle on ne peut rouler, c'est un billard mais sans goudron, nous sommes dans le sable avec du Fesch Fesch qui porte bien ( j'ai dégonflé les roues arrière de 1 bar) mais quelle poussière, feux de croisement et essuie glace obligatoires.

 

A la fin des travaux nous sommes sur la route actuelle qui est pour l'imager une route de chantier, d'ailleurs tous les camions de transport que nous croisons sont des 8x8, c'est un signe, nous roulons à 5 - 10 Km/h maximum, arrivé au poste de police nous les questionnons sur le temps nécessaire pour faire cette route et ils nous annoncent 20 heures, soit trois jours à cette allure.

 

Nous nous rappelons le reportage TV ou un transporteur avait prévu 3 à 4 jours pour faire cette route et a mis 3 semaines !

 

Après plus d'une heure ( env. 10 Km ) sur cette route de " chantier " nous nous arrêtons pour faire le point, nous faisons demi tour ou nous continuons ? La route est mauvaise, l'habitat et le paysage sans intérêt. Si nous retournons en faisant la grande boucle par Bamako nous en avons pour huit jours de liaison alors nous continuons.

 

Les descentes sont douces et pas pires que les plateaux, voir meilleures, le paysage devient  très beau ♥♥♥, beaucoup plus beau que l'autre coté (Manou), à l'altitude de ▲ 380m la route se transforme en piste pentue, plus serrée, plus technique mais sans problème, coté cassé, montagne effondrée où nous passons dans un couloir de la largeur d'un bulldozer, petit ravin  mais suffisant pour se tuer. J'admire les traces des taxis brousse, ils savent placer leurs roues, nous ne prenons pas les mêmes trajectoires car notre engin est différent, mais ces 504 ce sont de sacrées bagnoles ! Il est difficile de doubler les 8x8 à cause de la poussière mais quand ils nous voient ils nous laissent le passage, je ne veux pas me vanter mais je roule BEAUCOUP plus vite !

 

 

   

 

Dépassement d'un 6x8

sur le Fouta

 

 
 

 

 

 

   

Descente du Fouta

 

 
 

 

 

 

 

A l'altitude de ▲ 195m nous retrouvons de nouveau la route en latérite et un nouveau paysage de cocotiers, nous longeons un torrent et surtout l'habitat est en cases traditionnelles et les gens sourient et nous font des coucous, quelle différence par rapport au Fouta. Je pense faire notre bivouac dans un village mais les propos du "Lyonnais" ont laissé des traces dans l'esprit de l'équipage, donc nous prenons le bac de Bantala (30'000 FG).

 

Point GPS du bac de Bantala N11°44.292' W012°54.131'

 

Sur le bac nous retrouvons le pompiste de Labbe qui est en moto, nous discutons sur les possibilités de bivouac, il nous dit qu'il n'y a que Kousitel qui est sécurisé, il y a les militaires et la gendarmerie, c'est à 45 Km ! Soit 3 heures de route, il est 18H15, donc nous allons rouler sans joie de nuit. La route est inégale avec des passages de temps en temps de quelques centaines de mètres d'une merveilleuse tôle ondulée qui provoque des vibrations ..... RIDICULES. La route devient très serrée et nous avons un doute sur notre position car nous ne croisons plus personne, nous rebranchons la navigation satellite qui est gênante dans la nuit noire même en mode nuit, nous sommes bons et arrivons au bout de trois heures à Kounsitel, dans le noir absolu, seule les paillotes des commerçants sont éclairées avec les lampes à LED, nous signalons notre présence aux gendarmes et on nous place ...... avec les brebis !

 

Point GPS du bivouac à Kounsitel N11°48.236' W013°04.484'

 

Il y a une station de carburant à Kounsitel, et  les semi remorques et camions normaux viennent jusqu'ici, c'est un signe.

 

Nous avons effectué ces 145 Km de route en latérite en 9h00, Nous étions partis de Labbe à 11H30.

 

  8 mars 2010 Koundara Ө matin 25.5°C Ө jour 40.2°C

Départ à 7H45, nous passons par une route étroite en forêt, puis lorsqu'elle s'élargie nous voyons traverser de gros singes très beau, le corps foncé et les bras et jambes gris argenté, plus tard notre guide du Niokolo koba nous dira que se sont des chimpanzés, cela égaie la route.

 

Nous retrouvons la route en construction et roulons latéralement car ils étalent du gravillon, des camions de chantier chinois 6x6 roulent comme des bombes en faisant une poussière pas possible.

 

Nous arrivons au poste de gendarmerie 30 Km avant Koundara où nous établissons notre bivouac, nous avons mis 5h00 pour faire ces 100 Km, soit 14h00 au total pour cette route, y sont inclus les arrêts boissons, le pique nique, je ne compte pas les arrêts pipi ! Comme on ne parle pas de ces choses là, mais on est entre baroudeurs, et puis j'ai dis pipi pas pisser !

 

Point GPS de  la station d'eau de Koundara N12°28.147' W013°17.770' (400FG le bidon de 20 litres soit 0.05€ les 20 litres ).

 

Je ne fais pas le plein d'eau car je suis à 92% et Solange est partie faire le change, Elle va d'ailleurs revenir comme d'habitude avec un grand noir baraqué qui l'aura guidé lors de sa recherche du changeur de monnaie. Mais pas cette fois-ci, elle revient avec un minet fluet qui me salue respectueusement de façon traditionnelle en mettant la main droite sur son bras gauche en se courbant, elle sait choisir son monde .....

 

Point GPS du poste de police sortie Guinée vers Tamba N12°29.781' W013°18.295'

 

Point GPS de l'avant dernière douane sortie Guinée vers Tamba N12°35.023' W013°22.356'

 

Point GPS du poste frontière de Foundou Fourdou ( police, douane, gendarmerie ) sortie Guinée vers Tamba N12°40.054' W013°33.491'

 

Voir la suite du parcours au Sénégal

 

Guinée

   

 

 

 

 

                       

       

                       

    

                       

      

                       

 

  

Retour Sénégal       Album photos du Sénégal       Fiche Sénégal


Monnaie  Franc CFA  1€ = 6.50 FCFA 

Gazole   574FCFA (0.896€)

       

Retour de Guinée

 

  9-10-11 mars 2010 Niokolo Koba Ө matin 26°C Ө jour 42°C

Nous revenons de Guinée au poste de frontière de Kalifourou par une piste en latérite de très bonne qualité, sur laquelle nous voyons une colonie de chimpanzés d'au minimum cinquante individus et de très nombreux petits, (une femelle a quatre portées par an).

  

Cette route en latérite est suivie d'une route en goudron avec  des nids de poules alors nous roulons latéralement dans les sables et Fesch Fesch. Nous allons faire les courses à Tambacounda où nous oublions de faire le plein et du change.

 

Point GPS du poste frontière de Kalifourou N12°55.454' W013°38.303'

 

Nous prenons la route vers le parc du Niokolo Koba et nous nous apercevons au bout de quelques kilomètres que la route est de très bonne qualité, c'est comme le mal de tête après un aspirine on oublie le mal.

 

Nous allons au Campement de Wassadou, ils reçoivent bien les camping car mais quand ils ont des chambres libres il faut en prendre une obligatoirement, comme nous n'aimons pas les obligations dans l'hôtellerie nous allons voir ailleurs.

 

Point GPS du Campement Wassadou, au goudron tourner au point N13°01.543' W013°17.650'

 

Nous allons au parc du Niokolo Koba, pas donné le séjour, car nous devons prendre obligatoirement un guide par jour, nous ferons donc une visite sans halte repos. Retour au précédent village pour faire du change auprès du vendeur au panneau Coca Cola.

 

Point GPS de l'entrée / sortie du parc du Niokolo Koba côté Sénégal N13°15.596' W013°12.114'

 

Nous sommes accompagnés par notre guide Moussa Kanté qui parle bien français et connait la flore et la faune, coup de chance.

 

 

   

Cuisine au pilon

 

 
 

 

 

 

 

L'hôtel Simenti ♥♥♥ est à 1H30 de l'entrée du parc. la première piste, on ne voit rien. Ensuite nous abordons les mares avec tout un tas de bestioles, singes, gazelles, phacochères, cobes, antilopes, antilopes cheval et de la volaille et des oiseaux. Les animaux ne sont pas farouches, ils nous laissent approcher à distance respectable. Une véritable image d'Epinal;

 

J'aime beaucoup la terrasse de cet hôtel  ♥♥♥ car je me prends pour Errol Flyn ou Clark Gable (sans la moustache), bien que pour mes admiratrices je dirais que j'ai plutôt la carrure de John Wayne ...................... avec un coefficient de 0.8.............. (Je précise ceci par honnêteté pour les copains qui me connaissent, pour les copines, à part les matheuses, elles ne comprendront pas).

 

Le restaurant est très bien que ce soit le personnel ou la nourriture, par contre l'hôtellerie n'est pas au niveau, et je ne parle pas de la piscine!  Après 4 heures de clim, la chaleur dans la case est épouvantable, alors nous dormons dans la case mobile qui est fraîche avec la clim.  Quel bonheur de se doucher à flot continu, quand il y a de l'eau !

 

Le soir vers 23H00 il y a un gros remue ménage dans les fourrés chez les babouins, ensuite une bestiole vient tourner autour de la case mobile mais nous ne voyons rien, je pensais que c'était un phacochère, notre guide nous dira que c'est une hyène qui est venue roder. Réveil à 6H00 par le babouin préposé à cette fonction, cela tombe bien c'est aussi notre  heure.

 

Le lendemain les mares sont perturbées par un afflux massif de touristes en camion open deck, mais comme un guide a cassé une termitière cathédrale cela nous permet d'observer les termites.

 

Une première visite sur le Niokolo où nous observons depuis une digue un hippo esseulé, deux yeux et deux oreilles visibles, pas plus. Et puis le bonheur absolu nous tombons sur un groupe d'hippos d'une quinzaine d'individus et un seul mâle, il n'y a toujours qu'un mâle par troupeau, Il chasse les autres avant d'être chassé à son tour par un plus fort. Nous les observons longtemps car ils sortent leur corps, leurs têtes. Ils sont énormes, 3 tonnes!

 

Tous les matins nous sommes gênés par les mouches Tsé Tsé qui procèdent comme les taons de chez nous mais sont beaucoup plus petites et piquent moins, celles-ci ne provoquent pas la maladie du sommeil, parait il.

 

Intéressante l'explication du guide sur les serpents suite à notre question, il y a ici des vipères, des cobras, d'autres pas possible et même le python. Les singes tuent le python, ils sautent dessus à une cinquantaine, lui casse la colonne vertébrale et l'enterrent, ils reviennent 3 - 4 jours après quand il est faisandé pour manger les vers et les insectes.

 

 

   

Hippopotames

 

 
 

 

 

 

 

Alors que je suis en train de rater magistralement une vidéo d'un groupe de babouins qui va à la mare mais avec flou très artistique, je pique par hasard un singe vert qui passe devant moi, monte sur le camper, rentre par la seule fenêtre ouverte et nous vole deux fruits qu'il va manger sur notre toit. Comme il n'est pas farouche Solange prend du pain frais pour lui donner, j'organise la vidéo, plan serré quand il vient prendre le pain, zoom arrière quand il remonte sur le toit, enfin tout ce que l'on fait à Hollywood, tient il y a un message d'erreur, plus de batterie, donc pas de vidéo sauvegardée.

 

Je note: Au retour - Voir si la FNAC organise des stages photos ou acheter " La photographie pour les nuls".

  

 

   

Singe vert voleur

( celle pas trop ratée)

 

 
 

 

 

 

 

Alors que nous sommes à l'observatoire près de l'hôtel où il y a principalement des oiseaux nous sommes intrigués par une forme gris - blanc qui bouge doucement puis s'immobilise, tous les pronostics fusent, singes, etc.. Au bout d'un moment la forme se lève et marche sur deux pattes, c'est une scientifique que nous avons déjà croisée deux fois et qui observe les animaux, du meilleur gout le chemisier blanc, mais pour l'observation le kaki est préférable.

 

Lors d'un retour de virée nous nous arrêtons pour voir la panthère en cage dans un village abandonné car ils ont eu deux inondations jusqu'au toit des cases et ont quitté en 2004. De retour je vois un local qui fait sa tambouille dans une marmite posée sur un feu de bois, et il  prépare quelque chose au pilon, c'est vraiment très "local", je lui dis pour être poli "Aniké", il me répond " Oui et vous, avez vous bien dormi ?", le guide nous dit que c'est le cuisinier de l'hôtel, la situation est cocasse, je pense au film Les dieux sont tombés sur la tête, ils ne connaissent pas alors je leur raconte la scène, c'est en Afrique du sud un blanc voit arriver un aborigène peinturluré et lui dit bonsoir en dialecte local et l'aborigène de répondre "Salut Mec ça baigne".

 

Nous terminons par une visite en pirogue qui est en fait un bateau à moteur avec une coque en polyester, bestioles habituelles, des singes qui boivent, coup de chance des gens viennent avec nous donc nous payons moitié prix, par contre le départ est retardé d'une heure, dommage. Nous voyons beaucoup de crocos, les gros sont dans l'eau donc nous voyons deux yeux, par contre il y a énormément de petits, la relève est assurée, lors d'un arrêt pour voir un hippo ( 2 yeux et 2 oreilles ), nous attendons......... nous attendons....... il tient longtemps sous l'eau l'animal, et d'un seul coup cinq têtes sortent de l'eau dont certaines à coté de nous, le pilote est surpris, heureusement il n'y a pas de petit, le pilote reculera en douceur.

   

 

   

 

Ballade en bateau

sur le fleuve Gambie

 

 
 

 

 

 

 

Le midi au restaurant nous apprenons que des visiteurs avec qui nous avons discuté ont vu un lion sur la piste que nous n'avons pas voulu faire hier après midi car trop trialisante.

 

Sur la piste du retour nous donnons à notre guide en plus de son pourboire mérité, des crayons de couleur et stylos pour ses enfants, un canif pour lui. Nous lui donnons aussi une une brosse à cheveux avec miroir pour sa femme, il nous dit "la nuit va être bonne" !

 

Nous sortons du parc pour aller vers le Campement de Mako que le routard indique à 50 Km du parc, en fait il est à 120 Km ! Comme je n'ai pas fait le plein depuis l'Abbe en Guinée le retour va être risqué à cause du carburant.

 

Km10080   12 - 15 mars 2010 Ө matin 22°C Ө jour 40°C

Nous sommes au Campement de Mako qui est un établissement très bien tenu, il y a un bon restaurant avec au menu blanquette de phaco, tourterelle, couscous de phaco, une volaille entière dont j'ai oublié le nom par personne, enfin tout ce que tirent les chasseurs.

  

Point GPS du Campement de Mako  N012°18.134' W012°18.134'

 

Nettoyage à fond de la case mobile, ballade à Kedougou pour faire le plein des réservoirs car le dernier plein a été fait à Labbe en Guinée, courses diverses avec beaucoup de boissons car nous buvons comme des trous, et internet pour publier le site avant que la famille s'inquiète.

 

Point GPS du WIFI à Kedougou, il se situe à gauche de la premier station de carburant prendre la piste sur ~ 800m N12°33.572' W012°11.157'

 

Sinon farniente, piscine, lecture, du repos car nous en avons besoin. Il faut noter qu'ici tout fonctionne, l'eau, l'électricité, le groupe électrogène est très silencieux.

 

  15 mars 2010 Tambacounda  Ө matin 25°C Ө jour 40°C

Pour le départ du campement de Mako nous avons prévu un levé très matinal pour voir le maximum d'animaux en longeant le parc du Niokolo Koba, mais en allumant les lumières pour faire un café des dizaines d'abeilles viennent se poser sur les moustiquaires, alors nous faisons un bon petit déjeuner en attendant que le jour se lève, j'ai mon câble électrique à récupérer et les cales où je suis posé ! Avec le jour les abeilles ont disparues, nous plions bagages et prenons la route où nous voyons des animaux, pas de lion, pourtant signalé mais il est tard, une troupe de babouins au bord de la route et malheureusement une civette qui s'est fait shootée par un véhicule cette nuit.

        

Rte Mako - Tambacounda, une civette shootée par un véhicule pendant la nuit

 

A Tambacounda nous allons faire prolonger nos passavants, nous faisons laver le camper, quel jus coule du toit ! Nous avions oublié sa couleur, puis nous nous installons à l'Hôtel Oasis Oriental Club où l'attente au restaurant fut longue, très longue. L'électricité n'est pas terrible pour la clim et le WIFI est aléatoire, mais j'arrive à publier.

 

Point GPS de l'Hôtel Oasis Oriental Club  à Tambacounda (WIFI libre) N13°48.432' W013°41.529'

 

 

Km 10609    17 mars 2010 Kaolack Ө matin 26°C Ө jour 40.8°C vent fort et chaud

Ce matin nous allons faire un réglage du parallélisme à la ficelle, je n'en espérais pas plus, ce fut  long et laborieux.

 

Puis nous faisons la route de liaison vers Kaolack, cette route est excellente mais longue et monotone, j'ai abandonné le cruise control au bout du quatrième coup car il y a un village tous les cinq kilomètres qu'il faut traverser à 50 Km/h et l'on a intérêt à le faire car les gendarmes sont présents.

 

Kaolack ne nous fait pas très bonne impression et nous nous attendons à pas grand chose, arrivés à l'hôtel Le relais de Kaolack ♥♥ nous trouvons un site très agréable, nous ne pouvons pas bivouaquer sur le parking alors nous prenons une chambre qui est belle (enfin !). C'est le paradis, tout fonctionne, l'électricité, l'eau, la clim et même le WIFI (gratuit), et bon restaurant (et incroyable ils ont du coca light).

 

Visite du marché (épices, légumes, viande, poissons séchés, menuisiers, couturiers ....), très grand, trois sacs à dos au routard mais il faut dire qu'il n'y a rien d'autre, puis passage au marché artisanal pour le shoping de madame.

 

Merci Dieter pour cette définition:

 

Aide au Tiers Monde

Aide payée par les pauvres des pays riches pour aider les riches des pays pauvres.

 

Quelques mots en Wolof (d'après le concierge de l'hôtel)

Bonjour = Salam alekoum

Merci = Dieureudieuf

 

Km 10727   18 mars 2010 Saloum Ө matin 26°C Ө jour 38°C

Nous quittons Kaolack pour le delta du Saloum. Comme il est difficile de trouver un coin bivouac, l'hôtel du pélican refuse les camping cars, nous nous installons sur la plage à coté du campement de pécheurs Hacouna Matata. Puis nous embarquons à 16H00 (ils nous prennent devant le camper) sur une pirogue pour visiter le parc du Saloum en commençant par l'ile de Mar Lothie où un natif de l'ile est venu prendre sa retraite aprés avoir été pendant 20 ans marin pécheur à Concarneau. Il est passablement éméché.

 

Ensuite nous visitons la mangrove où nous sommes surpris par la confiance des oiseaux qui nous ignorent, nous n'en avons jamais vu d'aussi près et dans leur activité naturelle. Nous terminons par le reposoir à la tombée de la nuit lorsque les oiseaux viennent pour dormir.

   

   

 

Pilon sur l'ile Mar Lothie  -  Les pécheurs, la mangrove, le reposoir aux oiseaux

 

 
 

 

 

 

 

Point GPS de notre bivouac à Ndangan (à coté du campement Hakuna Matata N14°04.516' W016°41.990'

 

Km 10876   19 mars 2010 Bandia Ө matin 23°C Ө jour 35.8°C

Départ de Ndangan pour la presqu'ile de Djiffer, nous prenons la piste directe vers Samba Dia qui est sablonneuse et empruntable par tout véhicule, A Samba Dia nous quittons malheureusement cette piste pour une route en latérite défoncée, au début c'est la "Camargue africaine" puis cela devient arboré, Djiffer ne ressemble à rien, aucun intérêt.

 

Nous reprenons la même route pour le retour mais à Samba Dia nous bifurquons vers Mbour toujours par une route en latérite mais cette fois ci ils ont passé la graveleuse que nous doublons. Sur cette route nous nous arrêtons pour voir un magnifique baobab sacré mais la pression des vendeurs de babioles est infernale, ça commence !

 

Arrivés à Mbour nous cherchons des campements mais pour nous ici c'est l'enfer alors nous nous dirigeons vers Saly puis Somone, mais après la brousse nous ne pouvons pas rester ici, nous sommes comme des martiens hors de leur élément, Je devais pourtant glaner des infos pour le site http://www.stadembour.com que j'ai créé, mais désolé Seb pour nous ici c'est insupportable.

 

Nous prenons la décision d'aller bivouaquer à la réserve de Bandia, ils doivent bien avoir un coin, et ça marche, c'est fabuleux nous sommes installés à coté des baraques en bois des guides, c'est Daktari ! Demain nous louons un 4x4 avec guide pour la visite du parc. Nous retrouvons l'usage de la moustiquaire tropicale et du chauffe eau car la fraîcheur arrive dès la tombée de la nuit, quel bonheur.

 

◄ Notre bivouac au parc de Bandia

 

Km 11098  20 mars 2010

Ө matin 21°C Ө jour 37.9°C

 

Ce matin nous partons visiter le parc 15 minutes avant l'ouverture (nous avons dormi sur place), et se fut tout de suite magique, avec les girafes que nous avons approchées à pied, ce parc n'a pas de prédateurs ni de zone de chasse à proximité, alors les animaux sont en confiance. C'est un parc privé appartenant à des Français, Hollandais et Libanais, il a une superficie de 1500 ha, tous les animaux sont en liberté sauf les hyènes qui sont en cage.

 

 

La recherche des rhinocéros ne fut pas aisé pour notre pisteur qui connaît son affaire, c'est un grand plaisir de le voir observer les traces et de donner des indications par gestes au chauffeur, une fois trouvé les rhinos il téléphone aux autres pisteurs pour leur signaler l'endroit, quel plaisir d'avoir un guide cultivé nous ne pouvons pas nous empêcher de faire la comparaison avec les guides nuls du W.

 

Rhinocéros blancs d'Afrique du sud

  

Quelle surprise d'être à un mètre des rhinocéros, dans le véhicule car il faut jouer la sécurité quand même, nous n'approchons pas d'aussi près les phacos, antilopes cheval, élan du cap mais au moins nous les voyons ! Et de près, même les crocodiles sont de la partie, nombreux et sur la berge, il y en a un qui sort de la mare pour notre plus grand plaisir.

Quel bonheur ce parc ♥♥♥

 

 

   

  

Parc de Bandia

Girafe, zèbres, rhinos, tortue, croco

 

 
 

 

 

 

 

Ensuite nous quittons la réserve où une foule nombreuse arrive, camion safari, bus, il est temps de partir, direction le campement de Zebrabar à St Louis par une route de bonne qualité mais ennuyeuse à cause des ralentissements incessants à 50 Km.

 

Point GPS de la piste d'accès (13 Km) au campement Zebrabar quand on vient de Dakar N15°54.858' W016°24.870'

 

Km 11098  21-22-23 mars 2010 Diama Ө matin 21°C Ө jour 25°C couvert

Ballade sur la langue de barbarie, repos, ballade sur les pistes environnantes sablonneuses. RFI confirme les problèmes de Casamance, il y a eu un mort et cinq blessés graves hier du coté des troupes sénégalaises. Nous avons enfin retrouvés des baroudeurs, un couple de Suisses et un Allemand.

 

Bivouac le 24 au soir au barrage de Diama avec notre Allemand.

 

Km 11406  24 mars 2010 Ө matin 20°C à Diama Ө jour 23.5°C à Nouakchott

Nous passons en Mauritanie.

 

Sénégal

   

 

 

 

                 

   

 

 

Retour MAURITANIE     Album photos de la Mauritanie    Fiche Mauritanie


Km 11406  24 mars 2010 Ө matin 20°C à Diama Ө jour 23.5°C à Nouakchott

Nous passons en Mauritanie depuis le barrage de Diama, la piste de la digue a été passée à la graveleuse, impeccable. Nous prenons cette fois-ci la route "Veolia" ( non goudronée) à Keur Mecène qui est un bon raccourci qui évite Rosso. Cette route en travaux est de bonne qualité, peu de tôle ondulée, de poussière, de circulation et le paysage est sympa ♥ nous renouons avec le désert et les chameaux, cette route est même amusante avec ses formes en montagnes russes. Comme elle est en travaux bientôt on pourra la prendre directement à l'unité de pompage après Diama. Nous voyons dans le parc national de Diawling une colonie importante de pélicans, puis plus loin un Fennec sur la route.

 

Point GPS pour prendre la route "Veolia" à Keur Meucène (entrée en venant de Diama) N16°31.793'

 

Point GPS (sortie en venant de Diama) de la route "Veolia" sur le goudron pour Nouakchott NN16°13.253' W016°48.876'

 

Info: Carte Brune CDAO chez TAAMIN avenue Nasser près du carrefour Madrid à Nouakchott

 

La route goudronnée est toujours aussi peu intéressante alors nous roulons, il y a un vent de sable sur Nouakchott pourvu que nous n'ayons pas de tempête demain.

 

Km 11407  25 mars 2010  Ө matin 20°C à Nouakchott Ө jour 23.5°C à  Baras (Maroc)

Départ de l'auberge du Sahara de bonne heure pour rejoindre la frontière marocaine, nous faisons la route sans escorte et dans un vent de sable avec une visibilité de 800m sur les premiers 150 Km. Ensuite la visibilité devient bonne mais il y a des rafales de vent. D'ailleurs j'ai pissé sur mes lunettes de soleil; alors que j'étais en "action" à l'extérieur (chacun son plaisir) une rafale a emportée mes lunettes qui sont tombées au mauvais endroit, le temps de rediriger la trajectoire et de couper le robinet ....... trop tard.......... pas facile la vie de baroudeur !

 

Sur le coup des 10H45 nous croisons le convoi des camping cars de Mauritanie Aventure avec Guy Martin en tête, il va à tous les coups les emmener pique-niquer à la station Total "gare du Nord" car je ne vois pas d'autre endroit où il peut les stationner.

 

Passage de la douane sans problème en 30 minutes.

 

                       

            

                       

 

 

 

Retour MAROC        Album photos Maroc      Fiche Maroc


Km 11936   25 mars 2010 Baras Ө matin 20°C à Nouakchott Ө jour 23.5°C à  Baras

Nous venons de Mauritanie et c'est étonnant, la douane Marocaine est vide, alors ils prennent leur temps, Ils nous placent dans le parking d'attente du scanner plein de camions et des deux cotés, comme nous sommes tombés sur des bras cassés, les formalités sont longues, ils nous font attendre dans le camper, nous avons droit à la fouille avec chien anti drogue et explosif, ils feraient mieux de le faire à Tanger il y aurait moins de drogue chez nous. 1H45 pour les formalités; Heureusement nous avons joué de notre charme pour éviter le scanner car à l'allure ou passent les camions nous en avions encore pour 45 minutes.

  

Route d'enfer vers Baras avec des bourrasques violentes. lors du plein de carburant le camper a un gite impressionnant alors nous allons nous mettre à l'abri devant l'hôtel Baras qui protège bien depuis sont agrandissement, Le pompiste m'a dit que" cela fait trois jours que le vent est comme ça", pour demain il ne sait pas. A rouler à 110 Km/h face au vent nous avons eu une consommation de glouton 21L / 100 Km !

 

Le restaurant cuisine toujours aussi gras, nous rencontrons deux "humanitaires" qui viennent du Sénégal prés de la frontière du Mali et de la Guinée. Ils sont déboussolés et abattus, l'année dernière ils ont planté des fruitiers et des légumes mais comme personne n'a arrosé tout a périclité. Il sont arrivés au Maroc début du mois et là ils remontent, ils vont faire des pistes au Maroc (pour se remonter le moral) avant de prendre le bateau dans quinze jours.

 

Km 12201   26 - 28 mars 2010 Dakhla Ө matin 17.5°C à Baras Ө jour 23.4°C au PK25 

Toujours un vent pas possible avec rafales mais aujourd'hui nous roulons cool, le PK25 est "aéré" nous nous installons sans problème par contre maintenant le WIFI de Dakhla Attitude est protégé. La température est parfaite 23.4°C.

 

Km 12584  29 mars 2010 Boujdour Ө matin 17.5°C  Ө jour 25°C  beaucoup de vent

Bivouac à Boujdour au camping Sahara Line, petite soudure sur une patte du pot d'échappement, le tout réglé en 15 minutes, J'ai fait plus vite que de sortir et monter la moto dans le camper. Le bateau pour Barcelone est réservé pour le lundi 5 avril 2010. Ce soir couscous !

 

Km 13044  30 mars 2010 Tan Tan plage,Ө matin 17°C  Ө jour 23.8°C  beaucoup de vent

Grosse journée de liaison (459 Km) avec toujours beaucoup de turbulences à cause du vent, bivouac sur la lagune avant Tan Tan plage, c'est beau.

 

Km 13345  31 mars 2010 Fort Bou Jerif Ө matin 17°C  Ө jour 21.5°C   vent

Plage blanche vers Gelmin puis bivouac à Fort Bou Jerif par la piste. Alors que nous réservons le repas de ce soir, je questionne le réceptionniste sur le dessert en demandant si c'est de la pâtisserie. Il ne sait pas trop, c'est la cousine qui fait le dessert et c'est une surprise, je me renseigne pour savoir si la cousine cuisine bien, il me répond oui. Donc c'est OK, nous réservons la surprise de la cousine.

 

Point GPS de la plage blanche N28°57.828' W010°36.223'

 

Point GPS de Fort Bou Jerif  N29°04.911' W010°19.867'

 

En sortant du restaurant Solange est pliée en deux de rire, je ne comprends pas, elle me dit il m'a présenté le "cousinier " en me disant "c'est lui qui fait la cousine"  ................. Il faut que je passe à l'arabe se sera plus simple.

 

◄Le camping hôtel de Fort Bou Jerif

 

 

 

Il y a 140 personnes au camping dans des tentes individuelles, heureusement éloignées de nous, nous n'avons pas compris si ce sont des gens qui ont des problèmes ou qui viennent se ressourcer, en tout cas ils suivent le cours d'un psychologue.

 

 

Pas terrible le restaurant, bon mais très cher pour ce que c'est, mais nous avons bien discuté avec nos voisins, des baroudeurs.

 

Km 13586  1 avril 2010 camping Atlantica d'Agadir Ө matin 15.5°C  Ө jour 24.4°C   beau temps

Aujourd'hui nous retrouvons le beau temps, le ciel bleu et surtout plus de vent en rafales. Nous prenons la piste vers Sidi Ifni, piste  qui a été endommagée par les pluies comme "aimelafrique" l'ont signalé, nous croisons avant l'oued quatre Toyota et nous retrouvons nos voisins de restaurant qui nous tuyautent car ils l'ont déjà prise dans l'autre sens..

 

La route du bord de mer est de toute beauté avec ce beau temps, nous allons au camping Atlantica d'Agadir car il faut que l'on imprime le billet du bateau et ma chère et tendre va chez le coiffeur, quelle CANON !

 

Ensuite je dois préparer "la route" du Garmin avec les points du Gandini pour la piste de demain.

 

Km 13586  2 avril 2010 Essaouira Ө matin 15°C  Ө jour 23.8°C 

Nous quittons le camping Atlantica pour rejoindre la "piste" Côte Atlantique du Gandini ♥♥♥, Au kilomètre zéro elle commence par un demi goudron puis au Km 5.5 c'est une piste en cote ravinée par les pluies, en haut nous retrouvons un bon goudron, ils auraient mieux fait de goudronner la cote, au Km 16.9 c'est une grande descente pentue vers le bord de mer par une voie de chantier sablonneuse qui est en construction, Arrivé en bas il faut faire demi tour comme le Gandini l'indique, ensuite c'est une route non goudronnée en falaise sur la mer.

   

Au Km 42 le pont est cassé il faut traverser le gué de Tafadna ( Tafadna signifie lessiveuse ) qui est sans difficulté particulière sauf qu'il faut un tout terrain pour faire 10 m à cause des angles et de la garde au sol.

 

 

Un bout de piste très caillouteuse pas large et pentue permet l'accès au plateau des cultures d'Arganiers, nous avons particulièrement apprécié cette zone  ♥♥♥ avec les femmes sur les ânes et les hommes avec leurs dromadaires, nous discuterons avec deux gars à qui j'ai demandé si je pouvais les prendre en photo, le dromadaire à ras de la portière bavait et je craignais qui remue la tête car j'aurais été moussé ! Ensuite il a sorti sa poche ( je ne sais pas ce que c'est) de sa bouche et ce n'est pas très ragoutant, les gars ont soif, ils ont tous soif par là, des petits gamins jusqu'aux vieillards  réclament à boire, nous leur donnons une bouteille d'eau fraîche.

 

Ballade et bivouac à Essaouira ( beaucoup de monde ), le vent est arrivé en milieu d'après midi et à pied face au vent ça nous freine, mais au retour on avance vite !

 

Km 14046   3 avril 2010 El Jadida Ө matin 12°C  Ө jour 20.2°C

Merci Patrick pour ton SMS concernant le retour des cloches, mais nous avons avec l'horaire d'été deux heures de décalage avec la France ce qui fait que nous l'avons reçu à 5H00, c'est de l'humour matinal (-;

 

Direction El Oualidia par la cote pour manger à l'Araignée Gourmande  ♥♥♥.

 

Point GPS de l''Araignée Gourmande à El Oualidia N33°14.436' W008°29.204, c'est tout simplement la direction de la plage, ils sont sur la plage.

 

Arrêt bivouac à El Jadida au camping municipal.

 

Point GPS du camping municipal à El Jadida N33°14.436' W008°29.204'

 

Km 14046  4 avril 2010 Briech  Ө matin 16°C  Ө jour 19°C vent fort

Visite de la mosquée Hassan II à Casablanca ♥♥, nous nous sommes parqués sur un parking d'un supermarché Marjane et nous avons pris un taxi pour aller à la mosquée, et sur le parvis nous devons lutter contre le vent, resto chez Pizza Hut.

 

◄ La mosquée Hassan II à Casablanca

A Larache le campement COMANAV est fermé et celui de COMARIT est plein comme si il y avait une manif de camping car,alors nous fuyons vers l'hôtel touristique de Briech comme à la descente. Le vent est terrible et malgré un emplacement près d'un mur le camper est secoué, Solange prend une chambre à l'hôtel, moi je me suis endormi avant la fin du film.

                

 

Km 14491  5 avril 2010

Ө matin 15.5°C  Ө jour 19°C vent fort

Le vent ne faiblit pas et nous avons des doutes sur le bateau, va t'il naviguer ? Le rassemblement important de camping car hier à Larache était il dû à l'arrêt des ferry ?

 

Après le resto à l'hôtel nous prenons la route vers Tanger en zigzagant car les bourrasques de vent sont fortes. A la station pour faire le plein nous avons du mal à ouvrir les portières, nous arrivons au port en même temps que le bateau.

 

Au port nous avons eu droit à huit contrôles plus le scanner, même sur le bateau un "Sécuritas" à vérifié dessous le châssis alors que dix mètres avant les marocains le font déjà, avec ouverture du camper et des portes du garage.

 

   

◄ Passage au scanner au port de Tanger

Sur le bateau l'ambiance est totalement différente de l'aller, ils passent des appels pour signaler qu'il est interdit de dormir dans les couloirs et cela change tout. Concernant la restauration elle n'est plus inclue au prix du billet, ils nous ont fait signer un papier.

 

 

Par contre nous avons eu deux fois des situations épiques ou ceux qui avaient payés l'aller et retour se voyaient ouvrir juste une assiette de pates au lieu du menu complet ! Alors comme ça râle un moment ( nous les comprenons) nous passons devant, la cafétéria est devenue hors de prix.

  

Sur le bateau nous retrouvons nos deux humanitaires de Barbas ils ont écourtés leur séjour à cause du mauvais temps, ils s'ennuient.

 

Retour  Barcelone Album Photos Barcelone


Km 14491 7 avril 2010 Ө matin 12°C Ө jour 18.6°C

Arrivée au port de Barcelone à 8H30 et nous allons au garage faire régler le parallélisme. Bivouac à La Jonquera dans le parking du village que nous fuirons dans la nuit à cause des bourrasques de vent, nous irons finalement nous coincer dans les camions, ce que l'on ne voulait pas faire hier soir mais au moins nous sommes abrités.

 

8 avril 2010 Ө matin 10.5°C en Espagne Ө jour 10.6°C en France

Arrêt chez Lydie & Bruno à Mazamet.

 

Km 15477 ▼ 9 avril 2010

Retour à la maison où il fait beau, consommation moyenne globale sur l'ensemble du parcours 15.20 litres/100 km.

 

 

 

 

        

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Plan du site

       
Accueil Qui sommes nous ?    
       
  Nos voyages Classement par voyage  
    Classement par pays  
       
  Nous contacter Formulaire contact  
       
  Les liens Chroniques des voyageurs  
       
  Véhicules La Strada Sprinter 4x4  
       
    Ancien véhicule SCAM - IVECO
       
    Véhicules pour voyager  
       
    Buggy  
       
    Accessoires  
       
  Recherche Rechercher sur le site  
       
  Conseils    
       
  Légal No Copyright  
       
  Plan du site C'est cette page  
       
       
       
       

    

 

Retour haut de page